Barrage de la Rance. La préfecture ordonne la fermeture des écluses aux heures de pointe

© Marc Ollivier / Maxppp
© Marc Ollivier / Maxppp

Depuis vendredi matin, le barrage de la Rance ne se lève plus aux heures de pointe. Cet arrêté préfectoral fait suite aux difficultés de circulation entre Saint-Malo et Dinard, engendrées par des travaux. La situation sera réévaluée fin septembre.

Par Hélène Pédech

"De mémoire de Malouin, je n'ai jamais vu un tel bazar!

2 heures pour parcourir 15 km

Cet automobiliste, qui emprunte quotidiennement le barrage de la Rance entre Saint-Malo et Dinard, n'est pas le seul à s'être impatienté ces derniers jours. Certains mettant parfois jusqu’à deux heures pour parcourir une quinzaine de kilomètres.

Depuis leur reprise, le mardi 4 septembre, les travaux de réaménagement du carrefour des Millières, à la Richardais, engendrait des embouteillages monstres. Au point que le conseil départemental d'Ille-et-Vilaine, en charge des travaux, avait demandé à la préfecture d'intervenir pour modifier les heures d'ouverture du pont du barrage. 

Une expérimentation d'un mois

C'est désormais chose faite. Depuis ce matin et jusqu'au 28 septembre inclus, par arrêté préfectoral, le pont du barrage ne se lèvera plus aux heures de pointe en semaine. "Du lundi au vendredi, les levées de pont aux heures de trafic les plus importantes sont supprimées (...) à 8h, 12h, 17h et 18h. Il sera donc possible de circuler sur le pont à ces heures-là."   

Cet arrêté vaut donc pour tout le mois de septembre. Le dispositif sera évalué et, "le cas échéant, pourra faire l'objet d'une adaptation afin de concilier les exigences de la navigation sur la Rance et celles de la circulation routière".
 

Difficultés attendues jusqu'en juin 2019


La phase de travaux engagée en début de semaine est prévue pour durer neuf mois soit jusqu'en juin 2019. Une portion importante de la chaussée est réduite à une voie dans le sens Saint-Malo-Dinard, dès la sortie du barrage. Ce vaste chantier vise à remplacer le carrefour à feux des Millières, accidentogène, par un ouvrage d’art à quatre échangeurs.


D'autres solutions proposées


Dans un communiqué, Sophie Guyon et Nicolas Belloir, conseillers départementaux du canton de Saint-Malo 2, suggèrent d'autres solutions: amplitudes horaires accrues ou travaux de nuit pour réduire la durée des travaux.
"Dans le même temps, nous avons sollicité la mise en place de mesures transitoires pour améliorer la traversée de la Rance, écrivent les deux élus: bus de mer le matin et soir pour les jeunes en scolarité à Saint-Malo, piste cyclable provisoire, mise en place d’une aire ponctuelle de covoiturage, (...)"

 

A lire aussi

Sur le même sujet

9h50 Santé : invité Vincent Lavoué

Les + Lus