La CGT d'Ille-et-Vilaine crée un numéro vert pour les salariés face aux problématiques du coronavirus en entreprise

Illustration / © Maxppp - BEP/Le Télégramme - C. Prigent
Illustration / © Maxppp - BEP/Le Télégramme - C. Prigent

Une centaine d'appels en deux jours, depuis que le 08 05 38 66 61, numéro vert mis à la disposition des salariés par  la CGT 35 a été instauré. Dans le cadre des mesures prises au sein des entreprises face à la crise du coronavirus, beaucoup de questions remontent vers la plateforme syndicale.

Par Catherine Jauneau


Face à la multitude d'interrogations des salariés depuis le début de la crise du coronavirus, la CGT 35 a décidé de mettre à la disposition des salariés un numéro vert : le 08.05. 38.66.61.

En effet, les questions affluent autour de la santé et de la protection des personnels qui continuent de travailler en contact avec du public ou d'autres collègues, sans réelle mesures de protections sanitaires. Mais aussi, pour les salariés dont les CDD et missions d'interim n'ont pas été renouvelés, comme prévus initialement, pour des raisons de fermeture d'entreprises ou de réduction d'effectifs, voire de chômage partiel.

"Des témoignages aussi d'employés, incités fortement à prendre des congés, pour éviter à l'employeur de recourir à du chômage partiel" selon Thierry Gourlay, délégué régional CGT.

Autre catégorie impacté : les saisonniers, notamment dans l'agriculture, l'agro-alimentaire, qui seront sans emploi dans ce contexte économique inédit.

"Ces personnes-là ne bénéficient d'aucun dispositif pour être rémunérées ou indemnisées. Il va falloir trouver des solutions !" rajoute Thierry Gourlay.


Exposé au travail : l'inquiétude monte


Pour ceux qui ne peuvent pas avoir recours au télétravail, l'inquiétude est vive dans de nombreux secteurs.

Pas de protection, parfois pas de gel hydroalcoolique, pas forcément la possibilité de garder les distances recommandées, l'angoisse est forte. Les aides à domicile, les caissières, les employés des services publiques, et bien d'autres professions sont dans ce cas.
le numéro vert de la CGT ouvert aux salariés face au coronavirus.
le numéro vert de la CGT ouvert aux salariés face au coronavirus.
 

Les postiers font valoir leur droit de retrait


Pour exemple, les postiers de la plateforme de colis du Rheu, près de Rennes, dont 15 agents ont décidé d'exercer leur droit de retrait dans la nuit du 17 au 18 mars. Une position qui devait être adoptée également un peu partout en Bretagne ce mercredi, par plusieurs dizaines de guichetiers ainsi que plusieurs dizaines de facteurs en Ille-et-Vilaine.

Dans un communiqué, c'est cette fois-ci le syndicat Sud qui monte au créneau : "Les dirigeants de La Poste n’ont pris aucune mesure de prévention pour les postiers depuis que l’épidémie est connue, aucune volonté de connaître les porteurs du virus chez les postiers afin d’éviter qu’ils ne contaminent les autres. Aucune mesure de protection dans les services où il y a des cas ou des suspicions de cas (masques, gants, désinfections, décontaminations des surfaces inertes). Nous rappelons que les lettres et colis sont de formidables vecteurs de microbes et de virus."

Le syndicat Sud évoque des consignes données aux directeurs d'établissement pour évoquer des retenues de salaire, en cas de d’exercice de droit de retrait ! L’objectif de la direction étant je cite : "d'obliger les postiers à aller voir leurs médecins traitants pour obtenir un arrêt de travail pour éviter ces retenues de salaire."
 
Interview de Stéphane Gefflot de SUD PTT
Avec le coronavirus, de nombreux bureaux de Poste sont fermés. La direction a demandé à certains salariés de renforcer certains centres où les mesures et gestes barrière ne sont, selon les syndicats, pas respectés. - France 3 Bretagne


La Direction de la Poste a précisé cet aprés-midi que des adaptations locales sur le fonctionnement des sites peuvent être prises par les directeurs d’établissement en concertation avec les agents et les membres des CHSCT dont le corps médical fait partie, afin de respecter les mesures barrière, comme la distanciation d’un mètre. Ces dispositions peuvent par exemple porter sur une prise de service décalée afin que tous les facteurs ne trient pas leur courrier ensemble au même moment sur un même lieu.

Dans le cadre des demandes de droit de retrait qui ont eu lieu sur quelques sites, suite aux  échanges avec les différents acteurs, les facteurs ont pour la plupart repris le travail. C’est le cas par exemple à Douarnenez où tous sont partis en tournée ce matin.


 

Sur le même sujet

Les + Lus