Démantèlement d'un réseau de trafic de drogue en Ille-et-Vilaine : 3 condamnations et 6 incarcérations provisoires

Suite au coup de filet mené ce 17 novembre autour de Rennes et Saint-Malo pour démanteler un réseau de trafic de drogue, trois personnes ont été condamnées ce 20 novembre à des peines allant jusqu'à un an de prison. Six autres ont été incarcérées dans l'attente de leur jugement.  

Le matériel saisi lors d'une vaste opération contre un réseau de trafic de drogue le17 novembre en Ille-et-Vilaine
Le matériel saisi lors d'une vaste opération contre un réseau de trafic de drogue le17 novembre en Ille-et-Vilaine © Benoît Le Vaillant
Dix-huit personnes, âgées de 27 à 60 ans, avaient été interpellées mardi et mercredi dans plusieurs quartiers de Rennes ainsi qu'en zone rurale, mobilisant 125 policiers dont 10 enquêteurs du GIR (Groupe d'intervention régional) et 30 membres du RAID.  Au cours des perquisitions, plus de 12,5 kilos de cannabis, 2,25 kilos de cocaïne et 700 grammes d'héroïne avaient été découverts, ainsi que plus de 106.000 euros en numéraire. Dix d'entre elles ont été présentées au parquet de Rennes ce vendredi. 

"Trois personnes ont été condamnées en correctionnelle à des peines allant de 10 mois d'emprisonnement, dont cinq avec sursis, à 12 mois d'emprisonnement, selon la procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité", a indiqué le procureur Philippe Astruc dans un communiqué.

"Six hommes ont été déférés à l'audience de comparution immédiate pour répondre de faits de trafic de stupéfiants et participation à une association de malfaiteurs ; une femme a été poursuivie pour les faits de non justification de ressources en lien avec une personne se livrant au trafic de stupéfiants", poursuit le procureur. L'affaire a été renvoyée au 1er février 2021. 

Les six hommes ont été incarcérés dans l'attente de leur jugement et la femme placée sous contrôle judiciaire.

Les six autres personnes mises en causes, dont deux femmes, ont fait l'objet de convocations en vue d'une procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité en mai 2021 et une autre femme a fait l'objet d'une ordonnance pénale.
   

On a porté un coup d'arrêt à un vrai réseau autonome avec la tête de réseau et les revendeurs

François Angellini, directeur départemental de la sécurité publique




Les policiers ont surveillé de juin à septembre un appartement du quartier chic du Thabor devant lequel de nombreux va et vient avaient été constatés et qui servait de lieu de vente. 

"On a tapé le haut du panier, avec un réseau qui est allé jusqu'à son plus haut niveau. Les principaux auteurs allaient se fournir à l'étranger pour revendre localement. On a porté un coup d'arrêt à un vrai réseau autonome avec la tête de réseau et les revendeurs", a déclaré François Angelini, directeur départemental de la sécurité publique.
  
  
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
drogue faits divers justice société police sécurité