Deux familles migrantes menacées d’expulsion, un appel à mobilisation est lancé à Laillé

Deux familles d’origine géorgienne et tchétchène vivant à Laillé (Ille-et-Vilaine) sont sous le coup d’une obligation de quitter le territoire. Ce 24 novembre, l’association Un p’tit coin de parapluie et la FCPE 35 appellent à la mobilisation en soutien à ces deux familles.
(Archives 2019) "Sauvons le droit d'asile" devant l'aéroport de Rennes - Saint-Jacques où un avion est affrété pour une reconduite de familles géorgiennes migrantes dans leurs pays.
(Archives 2019) "Sauvons le droit d'asile" devant l'aéroport de Rennes - Saint-Jacques où un avion est affrété pour une reconduite de familles géorgiennes migrantes dans leurs pays. © M.A. Mouchère / France Télévisions
« Ils sont arrivés au bout de tous leurs recours… On est vraiment très inquiets. » Pascal Lemaréchal est enseignant à Laillé et président de l’association Un p’tit coin de parapluie, qui vient en aide aux familles en difficulté. Depuis plusieurs jours, il se bat pour empêcher l’expulsion de deux familles en situation irrégulière résidant dans sa commune.


Obligation de quitter le territoire français


Ces deux familles, respectivement géorgienne et tchétchène, vivent depuis 5 et 7 ans en France. Mais il y a quelques semaines, elles ont reçu l’obligation de quitter le territoire français (OQTF) par arrêté préfectoral. « Pour la préfecture, ça correspond à des chiffres », se désole Pascal Lemaréchal. « Mais pour nous qui les connaissons bien, ce sont des familles, des enfants qui veulent apprendre des choses à l’école. »
 

Ce sont des gens qui parlent français et qui sont complètement intégrés et investis dans la commune !

Pascal Lemaréchal, enseignant à Laillé

Les deux familles réunies comptabilisent neuf enfants, de la maternelle jusqu’au lycée. Un enfant de chaque famille est né en France. Selon Pascal Lemaréchal, faire retourner ces enfants en Géorgie et en Tchétchénie n’a pas de sens. « Ils ont tous une culture française aujourd’hui ! »
 
A l’initiative de l’association Un p’tit coin de parapluie et de la FCPE 35, une action de solidarité envers ces deux familles est organisée ce mardi 24 novembre. Le rendez-vous est donné à 16h30 devant les écoles publiques H. Matisse et Léonard de Vinci.

L'objectif : informer les parents, trouver une solution et « surtout interpeller la préfecture », insiste Pascal Lemaréchal qui garde « l’espoir d’un geste de l’Etat ». Une pétition adressée au préfet a déjà réuni plus de 700 signatures.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants société immigration solidarité