Laillé : le combat de la famille de Lola, adoptée mais toujours pas naturalisée

Cela fait six ans que les parents de Lola se battent, pour que leur fille obtienne la nationalité française, à la suite de son adoption. Le maire de la commune où ils habitent, à Laillé, a prononcé un arrêté pour les soutenir, pour sa naturalisation, un acte qui se veut avant tout symbolique. 

Bertrand, Rémy, Laurence aimeraient que Lola puisse obtenir la nationalité française
Bertrand, Rémy, Laurence aimeraient que Lola puisse obtenir la nationalité française © L. Hobé - France Télévisions

"Lola est arrivée en août 2013 à la maison. On a commencé les démarches avec un jugement haïtien, d'adoption simple puis avec la France. On a eu un jugement d'adoption simple pour la France en novembre 2017, quatre ans après. De ce jugement découlait la déclaration de nationalité française qu'on a fait, dans la foulée et dont on a obtenu le refus en août 2018." Laurence évoque la situation administrative de sa fille âgée de 9 ans, complexe, après des années de démarches. Début janvier 2020 et après plusieurs recours, la légalisation des documents transmis a été déclarée par le parquet de Nantes, comme non conforme. Les parents de Lola sont dans l'impasse.


Des conséquences sur le quotidien


"Cela nous met plein de barrières", confie Laurence, très émue. "On ne peut pas faire de carte d'identité pour Lola, elle ne peut pas être sur notre livret de famille. Au niveau de la sécurité sociale, on a des relances tous les trois mois pour fournir des pièces d'identité, que l'on n'a pas. On n'espère qu'ils ne nous coupent pas sa couverture. À l'école, elle a un voyage scolaire de prévu, à Jersey. Elle ne pourra pas y aller. Elle ne peut pas sortir du territoire. C'est bloquant. 

Tant qu'on n'aura pas le livret de famille, on ne sera pas allé au bout de l'adoption

Lola est là depuis six ans et demi, elle est considérée comme française. Elle participe à la vie de la commune. On aimerait bien comprendre pourquoi ça bloque. Notre seul recours maintenant c'est de médiatiser cette affaire." 

Bertrand, le père de Lola, ne comprend pas ce refus de régulariser leur fille, alors que d'autres familles ont également adopté des enfants haïtiens et n'ont pas eu ce genre de complications. "On a un sentiment d'injustice, et de la fatigue aussi. Cela fait des années que les démarches traînent. Quand on en parle avec d'autres parents, on est un cas isolé." 


Le maire de Laillé apporte son soutien


Laurence a pris contact avec plusieurs personnalités, y compris au sein de l'Élysée, en vain. Elle a fini par aller voir le maire de Laillé, Pascal Hervé. "Il a rédigé un arrêté municipal, adopté à l'unanimité, pour Lola, en énumérant la déclaration des Droits de l'Homme et en soulignant aussi son incompréhension" explique Laurence. Ce geste se veut avant tout symbolique, car il dépasse le cadre des compétences d'un maire. 

Une pétition a été lancée en ligne


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société témoignage