Rave party à Lieuron : garde-à-vue prolongée pour l'une des personnes interpellées

Un des huit gardés-à-vue depuis hier est toujours suspecté dans l'organisation de la rave party de Lieuron et n'a pas été libéré. L'enquête se poursuit, a annoncé le procureur de Rennes, pour identifier tous les organisateurs de la rave qui s'est déroulée du 31 décembre au 2 janvier.

Du matériel de sonorisation a été saisi sur le lieu de l'interpellation d'un jeune homme de 22 ans, à Iffendic, en Ille-et-Vilaine, le samedi 2 janvier 2021, après la rave party de Lieuron
Du matériel de sonorisation a été saisi sur le lieu de l'interpellation d'un jeune homme de 22 ans, à Iffendic, en Ille-et-Vilaine, le samedi 2 janvier 2021, après la rave party de Lieuron © Gendarmerie nationale

Six personnes avaient été interpellées lors des contrôles opérés par les gendarmes à la fin de la rave party et placées en garde à vue. Ces participant de la rave, à qui il est reproché consommation de drogue, et vol d'une mallette de gendarmerie pour l'un d'entre eux,  ont été libérés.

Parmi eux, deux teufeurs en garde-à-vue car transportant dans leur véhicule du matériel de sonorisation et un groupe électrogène de faible puissance. Après vérification par les enquêteurs, aucun lien ne pouvait être établi avec les organisateurs de la rave party.

 

Deux jeunes interpellés à Iffendic

Concernant les deux hommes de 22 ans interpellés à Iffendic, en Ille-et-Vilaine, plus tard dans la journée du samedi 3 janvier 2021, l'un d'eux est écarté de l'enquête visant à identifier les organisateurs de la rave party.  Il a été remis en liberté et sera poursuivi par ordonnance pénale délictuelle pour usage de stupéfiants.

Plus de 1000 personnes invitées par téléphone portable

Le second jeune en garde-à-vue, sans antécédent judiciaire, affirme également avoir été un simple participant et avoir été autorisé à titre exceptionnel à mixer par les organisateurs. 

Mais d'après le procureur de Rennes, "ses propos démentant toute implication en tant qu’organisateur sont contredits notamment par les éléments de téléphonie avec l’envoi à plus de 1000 personnes du lieu exact d’implantation de la rave party le jeudi 31 décembre en fin d’après-midi. Par ailleurs, son téléphone portable borne à Lieuron le 31 décembre en début d’après-midi (moment où le matériel était installé sur les lieux en toute discrétion)". 

Sa garde à vue a été prolongée et il sera déféré lundi 4 janvier 2021 au parquet de Rennes pour un éventuel placement en détention provisoire.

 

Incendie du véhicule de gendarmerie le soir du 31 décembre

Le parquet de Rennes précise ce dimanche soir qu'une "information judiciaire délictuelle sera ouverte auprès d'un juge d'instruction de Rennes qui aura en outre pour mission d'identifier les auteurs des violences volontaires dont ont été victimes les gendarmes lors de leur intervention initiale ainsi que les auteurs de la destruction par incendie d'un de leurs véhicules."

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeunesse société famille nouvel an événements justice