A Rennes, un institut de beauté pomponne des femmes SDF. "Pour une fois qu'on s'occupe de nous"

Tiphaine et Nathalie vivent dans la rue à Rennes. Ce mercredi, elles ont pris du temps pour elles grâce à l'association Rennes Uni et Méliane qui leur a offert manucure et soin du visage. 

Nathalie profite d'une manucure offerte par Méliane
Nathalie profite d'une manucure offerte par Méliane © E. Colin - France Télévisions

Nathalie et Tiphaine sont des habituées de la rue. Nathalie n'a quasiment connu que ça. Elle vit dehors depuis son adolescence. Pour Tiphaine, cela fait 17 ans. Elle a 33 ans. Elle est surnommée Titi la poissonnière. "Je parle fort, je rigole fort. Si vous êtes au Colombier, vous me reconnaissez tout de suite", sourit-elle.


"On se sent bien, pomponnées"

Ce mercredi, elles sont accueillies par Méliane qui tient un institut de beauté à Rennes. La jeune femme a pris contact via les réseaux sociaux, avec l'association Rennes Uni (qui vient en aide aux personnes sans-abri) et proposé d'offrir des soins. "Il n'y pas de raison de ne pas aider. Si à mon échelle je peux faire quelque chose. On peut tous s'en sortir, quelque soit le milieu d'où on vient." Dans le passé, Méliane avait déjà fait des maraudes et distribué des vêtements. 
 

Tiphaine choisit la couleur du vernis qu'elle va porter. Elle a envie d'un dégradé de couleurs
Tiphaine choisit la couleur du vernis qu'elle va porter. Elle a envie d'un dégradé de couleurs © E. Colin - France Télévisions


Aujourd'hui pour Tiphaine et Nathalie ce sera donc manucure et soin du visage. L'accès à l'hygiène ce n'est pas toujours simple pour elles. "On peut aller au Puzzle ou aux bains douches de la piscine Saint-Georges. Pendant le confinement quand les piscines étaient fermés c'était compliqué", explique Tiphaine. Elle veille toujours à se faire une "toilette de chat" comme elle dit, en toutes circonstances. Si elle trouve un point d'eau, elle se maquille. 

Dans l'institut de Méliane, les deux femmes savourent. C'est une première pour toutes les deux. Tiphaine note : "C'est bien ici, c'est tranquille." Elle jette un oeil à ses mains. "Dans la rue on s'abîme les doigts, mes ongles se dédoublent." Elles choisissent leur vernis, des couleurs flashies pour l'une, un bleu pétrole pour l'autre. "Je peux avoir des paillettes ?", lance Tiphaine.
 

Méliane aux petits soins pour Nathalie
Méliane aux petits soins pour Nathalie © E. Colin - France Télévisions


D'autres femmes devaient venir. Lissandre, membre de l'association Rennes Uni explique que certaines ont finalement décliné. "Elles ne pouvaient pas se libérer, elles n'avaient pas eu assez d'argent ce matin en faisant la manche." Tiphaine s'esclaffe : "Moi je m'en fous de la manche là, j'ai envie de profiter." 

Nathalie se détend. "Je m'endormirais presque, ça fait un bien fou. Pour une fois qu'on s'occupe de nous. Je vais voir mon fils après, je vais être toute belle pour lui", dit-elle.

Elle ne peut pas rester pour la suite. Son fils de 14 ans l'attend dans un lieu d'accueil dédié. "Aller voir ton fils, c'est un autre soin, celui du coeur", lui souffle Méliane. Nathalie opine et file.

Tiphaine s'installe maintenant sur la table pour un soin du visage. "Normalement c'est séance gros dodo" annonce Méliane. C'est son moment à elle, le moment pour nous de la laisser tranquille. 


Rennes Uni 

Rennes Uni existe depuis 2019 et veut apporter du soutien aux personnes en situation de précarité, sans-abri. L'association compte une dizaine de membres, des actifs ou des étudiants. Elle organise des maraudes régulièrement avec de la distribution de nourriture, en partenariat avec des restaurants qui soit offrent des plats, soit diminuent leurs prix. Des séances avec des coiffeurs, des instituts de soins, Rennes Uni espèrent que ces initiatives se multiplieront et que cet après-midi chez Méliane "donnera envie à d'autres".

Le prochain projet ? Permettre un accès au sport dans une salle de boxe. Des discussions sont en cours notamment concernant les restrictions sanitaires. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société femmes