Eugénie Le Sommer, la meilleure buteuse de l’histoire des Bleues et bannie par l’ancienne sélectionneuse Corinne Diacre fait son come-back en équipe de France. Hervé Renard a annoncé les 26 joueuses qui affronteront la Colombie et le Canada en matchs amicaux.

"Une page se tourne" avec le nouveau sélectionneur Hervé Renard, déterminé vendredi à solder le passé entourant Corinne Diacre avec le rappel de la capitaine frondeuse Wendie Renard et de la meilleure buteuse des Bleues, Eugénie Le Sommer, en vue du Mondial 2023.

Le retour des frondeuses

Pour choisir ses joueuses, l'ancien entraîneur de Sochaux et Lille a "décortiqué beaucoup de matches", s'est "penché sur tous les cas individuels" et a pioché dans une pré-liste établie par la Fédération française, dans laquelle figuraient les frondeuses qui ont obtenu le départ de Diacre, débarquée le 9 mars après cinq ans et demi de mandat.

"J'ai estimé que la Fédération me donnait le feu vert" pour les rappeler, a-t-il expliqué. "Ce qui s'est passé avant, je n'étais pas là, ça ne me regarde pas". Il a certes tenu à "rendre hommage" à sa prédécesseure, "mais c'est une page qui se tourne, il faut qu'elle soit la plus positive possible".

Lire : Football. Ecartée de l'Equipe de France, Eugénie Le Sommer affiche sa "déception"

Sans surprise, la capitaine Wendie Renard (32 ans, 142 sélections), la première à exprimer son mal-être, fait bien partie des 26 joueuses convoquées pour affronter la Colombie et le Canada en amical, les 7 et 11 avril à Clermont-Ferrand et au Mans.

"Welcome back Eugénie"

Dans le sens des retours, le "comeback" le plus marquant est celui d'Eugénie Le Sommer, meilleure buteuse de l'histoire des Bleues (175 sélections, 86 buts), laissée de côté par Diacre depuis avril 2021.

Lire : Bleues : l'enfance bretonne d'Eugénie Le Sommer, qui "foudroyait" les garçons

"On a réellement besoin de son expérience et son intelligence", a déclaré le nouveau sélectionneur. "Ça a été un plaisir de discuter avec elle, j'ai hâte de la rencontrer. Comme on dit: Welcome back ! "

L'expérience du haut niveau

Nommé jeudi après un long feuilleton, Hervé Renard a été intronisé en grande pompe au siège de la Fédération française de football (FFF), en présence de Jean-Michel Aulas, membre influent du comité exécutif, et du président par intérim Philippe Diallo.

"Il a l'expérience du haut niveau, c'est un sélectionneur à succès", a justifié Diallo en conférence de presse, vantant "le charisme et le leadership nécessaires pour gravir une marche supplémentaire pour décrocher des titres".

L'ex-sélectionneur de l'Arabie saoudite n'a démissionné que mardi de son ancien poste pour revenir au bercail en vue de la Coupe du monde féminine (20 juillet-20 août en Australie et en Nouvelle-Zélande), puis des Jeux olympiques de Paris-2024.

Un nouveau départ

"Même dans mon entourage le plus proche, ça a surpris beaucoup de monde. Pour moi c'est une question de challenge. Rien ne remplace les grandes compétitions dans notre métier, là on est servi", s'est expliqué le technicien de 54 ans, en chemise et veste noires.

Propulsé soudainement dans le monde du football féminin, ce qui a pu se voir vendredi - il a écorché le nom de plusieurs internationales -, il s'est directement plongé dans le grand bain, à trois jours du début du rassemblement d'avril, le dernier avant la préparation du Mondial.

Lundi à Clairefontaine, les joueuses rencontreront pour la première fois Renard et son staff, qu'elles connaissent déjà pour partie. Eric Blahic, ancien adjoint de Diacre, et l'entraîneur des gardiennes Gilles Fouache, maintenu à son poste, travailleront notamment avec Laurent Bonadéi et David Ducci, qui accompagnaient déjà Renard en Arabie saoudite.

BT avec AFP