Coronavirus : des centres de dépistages dans les gares, dont un à Rennes

La SNCF a annoncé mardi l'installation de centres de dépistages du covid-19 sur des parvis de gares, en commençant par Paris, Bordeaux, Marseille et Rennes, afin de contribuer à la multiplication des sites de test dans des lieux de passage.
La gare de Rennes doit accueillir un dispositif mobile de dépistage du coronavirus
La gare de Rennes doit accueillir un dispositif mobile de dépistage du coronavirus © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP
Des boxes de dépistage appelés "MobilTest" ouvriront leurs portes jeudi, et pour au moins six mois, sur les parvis des gares de Lyon et de l'Est à Paris, puis à partir du 12 novembre à Bordeaux et Marseille, et sans doute une semaine plus tard à Rennes. Pour l'instant, leur emplacement exacte dans la gare bretonne n'est pas connue, "des discussions sont en cours avec la ville" indique la SNCF.

"On se donne tout le loisir d'étendre ce dispositif à l'ensemble du territoire" si ces premiers centres donnent satisfaction, a expliqué à l'AFP Carole Tabourot, directrice de l'expérience clients de SNCF Gares & Connexions. La décision d'en installer d'autres pourrait être prise d'ici la fin novembre, selon elle.


Jusqu'à 200 tests par jour possibles


Installées par la société Loxamed -une filiale de la société de location de matériel professionnel Loxam, créée avec les laboratoires Axamed et le cabinet de télémédecine Teledok-, ces unités mobiles de dépistage installées dans des conteneurs de chantier de 15 mètres carrés pourront tester jusqu'à 200 personnes par jour, de 9 h à 17 h du lundi au samedi.

Les tests PCR, gratuits, seront réservés aux cas symptomatiques et aux cas contacts le matin, et ouverts à tous l'après-midi. Les résultats sont promis dans les 24 à 72 heures, l'inscription étant dans tous les cas obligatoire en ligne. Si le test est négatif, le patient recevra un SMS l'invitant à prendre connaissance de son résultat de test sur le site de TeleDok. En cas de résultat positif, il sera rappelé par un médecin de TeleDok qui assure l'annonce du résultat et l'accompagnement
médical.

"C'est la marque de fabrique de Loxamed", a relevé son président Arnaud Molinié. "A partir du moment où quelqu'un est infecté, on considère que c'est un patient, qu'il est malade, et donc que la prise en charge doit être faite par un médecin. Il est appelé par un médecin qui lui donne les premières indications pour le rassurer (...) et qui amorce une première consultation."

Loxamed, qui a fourni un centre de dépistage installé dans une voiture du train-exposition sur la Coupe du monde de rugby 2023 lancé en septembre par la SNCF, fait déjà fonctionner une quarantaine de boxes sur ce modèle, selon M. Molinié.
 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société sncf économie transports