• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Épilepsie : les chiens démontrent que les patients sécrètent une odeur spécifique pendant une crise

Un chien renifle un par un des réceptacle contenant des odeurs. S'il s'arrête c'est qu'il a identifié celle qui possède un marqueur olfactif produit pendant une crise d'épilepsie / © J. Cattet
Un chien renifle un par un des réceptacle contenant des odeurs. S'il s'arrête c'est qu'il a identifié celle qui possède un marqueur olfactif produit pendant une crise d'épilepsie / © J. Cattet

"Une odeur de crise" produite par les patients atteints d'épilepsie et détectable par des chiens, c'est la conclusion de travaux menés par des chercheurs du laboratoire EthoS (CNRS/Université Rennes 1 et de Normandie), du service de Neurologie du CHRU de Nancy, et de Medical Mutts (Indiana, USA).

Par Emilie Colin


Il s'agit d'une première dans le cadre de recherches menées sur l'épilepsie. Des chercheurs ont pu démontrer que les patients atteints de cette maladie produisaient une odeur spécifique pendant une crise, laquelle peut être détectée par des chiens. Ces scientifiques et médecins, rennais, normands, nancéens et américains, en lien avec l'association Handi'chiens et la Fondation Adrienne et Pierre Sommer ont mené plusieurs tests pour confirmer des hypothèses observés sur le terrain.

Amélie Catala, doctorante à l'université de Rennes en éthologie et neurosciences consacre sa thèse à ces recherches depuis 2017. En 2018, plusieurs patients adolescents confient des échantillons de leur odeur, recueillis sur des cotons stériles qu'ils ont appliqués sur la paume de leurs mains, la nuque et le front. Ces prélèvements sont ensuite envoyés aux USA.
 

Personne ne s'était intéressé à l'odeur jusqu'à maintenant


Sur place des essais sont réalisés. Des chiens se retrouvent confrontés à sept receptacles contenant des odeurs corporelles différentes. Premier constat : tous passent plus de temps à explorer le réceptacle avec l’odeur de crise, et ce de façon répétée au cours des essais successifs, quel que soit le patient donneur.  


Les essais confirment donc une "signature olfactive" des crises d’épilepsie, généralisée à différents patients et à des épilepsies de causes et symptômes différents. Pour Amélie Catala, il va désormais falloir se demander si cette odeur se retrouve avant les crises. "Cela devient intéressant pour l'aspect alerte, prédiction et donc l'anticipation des crises" souligne t-elle. 

Certaines maladies impliquent déjà des changements d'odeur corporelle comme des cancers, des maladies rénales ou des pathologies liées à des dysfonctionnement rénaux. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Pierre Karleskind, élu eurodéputé LREM

Les + Lus