Cet article date de plus de 6 ans

Journée de l'épilepsie : à Rennes de nouvelles perspectives pour les malades

Ce lundi, Journée Internationale de l'Epilepsie. 600.000 personnes sont atteintes en France par cette maladie neurologique, qui touche le cerveau et trop souvent encore associée à la folie. Le service de neurololgie du CHU de Rennes est en pointe pour la recherche de traitements de l'épilepsie.
Thierry Le Breton, souffre d'épilepsie, il est hospitalisé pour subir une batterie d'examens
Thierry Le Breton, souffre d'épilepsie, il est hospitalisé pour subir une batterie d'examens © France 3 Bretagne
Demain, lundi 9 février 2015 c'est la Journée Internationale de l'Epilepsie. Avec 600.000 personnes atteintes en France, cette maladie neurologique, qui touche le cerveau, reste encore méconnue et trop souvent et à tort associée à la folie. Malgré des traitements nouveaux, environ un tiers des malades se trouvent en situation d'échec thérapeutique, ne trouvant pas de traitement efficace. D'autres alternatives sont possibles certaines encore à l'état de recherche. C'est le cas au CHU de Rennes, où le service de neurologie est en pointe dans ce domaine.

De nouvelles perspectives pour les patients 


Thierry Le Breton est épileptique depuis la petite enfance, probablement à la suite d'une méningite. Il est hospitalisé au CHU de Rennes pour y subir une batterie d'examens, notamment des électro-encéphalogrammes. Pendant deux semaines, l'activité de son cerveau est enregistrée plusieurs heures par jour. Les crises de Thierry peuvent survenir jusqu'à 10 fois par semaine, et pèsent de plus en plus sur sa vie quotidienne. A 47 ans, il a fini par admettre sa maladie, mais cela n'a pas toujours été le cas. Mal connue sous ses diverses formes, l'épilepsie est encore perçue comme une maladie honteuse.
En dépit des médicaments, Thierry Le Breton continue de faire des crises d'épilepsie. Son espoir, aujourd'hui, réside dans une intervention chirurgicale, qui consiste à enlever précisément la partie malade du cerveau. Mais un patient sur dix seulement est opérable. La recherche s'oriente donc vers d'autres traitements comme l'implant d'électrodes dans le cerveau, ou bientôt la stimulation extra-cérébrale. De simples électrodes posées sur le crâne, qui délivrent un faible courant électrique...
Une nouvelle perspective pour les 600.000 Français atteints d'épilepsie...


Le reportage au CHU de Rennes d'Hélène Pédech et Christophe Rousseau

durée de la vidéo: 02 min 08
journée de l'épilepsie
Interviews :
- Thierry Le Breton, patient
- Véronique Butaud-Morel, patiente
- Docteur Arnaud Biraben, neurologue au CHRU de Rennes

Plusieurs formes d'épilepsies


En France, cette maladie est prise en charge par des neurologues. Il n'y a pas une épilepsie mais des épilepsies car:
- plusieurs causes: traumatisme crânien, AVC (accident vasculaire cérébral), consommation de stupéfiants ou alcoolisme, etc... C'est une récation du cerveau à une agression.
- plusieurs formes cliniques :

Les traitements


Parmi les traitements proposés, figurent en première intention les médicaments. Mais dans 30 à 40% des cas, ils s'avèrent inefficaces. Il existe plusieurs alternatives:

L'interview du docteur Arnaud Biraben, neurologue au CHRU de Rennes

durée de la vidéo: 00 min 37
ITV A. Biraben journée de l'épilepsie


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé recherche