Fausse alerte à la bombe en gare de Rennes : 4 mois de prison avec sursis pour l'ex-maire de la Chapelle-aux-Filtzméens

Une fausse alerte à la bombe avait été lancée en gare de Rennes fin mars. L'homme ne voulait pas rater son train. / © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP
Une fausse alerte à la bombe avait été lancée en gare de Rennes fin mars. L'homme ne voulait pas rater son train. / © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

Un homme, ancien cheminot et ancien maire de la commune de la Chapelle-aux-Filtzméens vient d'être condamné par le tribunal correctionnel de Rennes. En mars dernier, il avait lancé une fausse alerte à la bombe, paralysant le trafic en gare de Rennes. 
 

Par E.C

L'ancien maire de la Chapelle-aux-Filtzméens et ancien cheminot a été condamné à quatre mois de prison avec sursis et à deux ans d'obligation de soins, par le tribunal correctionnel de Rennes. Cette peine ne sera pas inscrite dans son casier judiciaire.

Fin mars, il avait lancé une fausse alerte à la bombe en gare de Rennes en passant un coup de fil pour signaler un colis suspect. Il avait alors expliqué ne pas vouloir rater son train.

Lors de l'audience où il a comparu selon la procédure du plaider-coupable (qui permet au procureur de la République de proposer, directement et sans procès, une ou plusieurs peines à une personne qui reconnaît les faits qui lui sont reprochés), l'homme a exprimé ses regrets, vis-à-vis des passagers, des forces de l'ordre et à ses proches. Selon son avocat Maître Maxime Tessier, "il ne s'est pas cherché d'excuses" mais son acte aurait eu lieu sur fond de burn-out, reconnu. 
 

Salarié de la SNCF, il a été licencié à la suite de cette fausse alerte. Il a également démissionné de son poste de maire en avril tout en conservant des fonctions au sein du conseil municipal. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Littoral, Aurélien Ducroz, de la poudreuse à l'écume

Les + Lus