Fermeture des gymnases : déjà des assouplissements mais encore des questions

Quand le ministre Olivier Véran voit rouge renforcé, il préconise la fermeture des gymnases et autres salles polyvalentes. La mesure doit prendre effet lundi 28 septembre à Rennes. 

Equipe masculine du REC Volley
Equipe masculine du REC Volley © DR
Rennes serait donc contrainte de fermer ses salles polyvalentes et ses gymnases. Une mesure préconisée par le Ministre de la santé parmi les tentatives pour contrer la propagation du Covid-19 dans toutes les villes classées "rouge renforcé" (Paris, Lille, Toulouse, Saint-Etienne, Rennes, Rouen, Grenoble, Montpellier, Bordeaux, Lyon et Nice).

Le REC Volley a déjà rencontré la ville de Rennes pour organiser les mesures spécifiques d'accueil du public pour le match du week-end salle Colette Besson. Pour la suite, des précisions sont attendues.

"A priori ce sera fermé", constate avec regrets Olivier Bouvet, manageur général du Rec Volley. "Mais on attend. La Ville et Rennes Métropole doivent encore livrer leurs recommandations".

Des assouplissements... ou pas


Les gymnases et les piscines pourront rester ouverts aux mineurs qui pratiquent le sport en clubs et en associations,selon l'AFP qui relaie cet après midi une information du ministère des Sports. 
Autre son de cloche de la Préfète d'Ille et Vilaine 3 heures plus tard : cela ne concerne que les pratiques scolaires, parascolaires mais pas les clubs associatifs. 
Les équipements seront en revanche ouverts aux sportifs de haut niveau et aux étudiants STAPS. 

Mais "qu’est ce qu’on va mettre derrière l'appellation "sportifs de haut niveau?" interroge Olivier Bouvet. Il existe en effet une liste ministérielle sur laquelle tout le monde ne figure pas. "On y a environ 60% de nos joueurs, mais les autres ? Dans une même équipe pourtant, pourront-ils s'entraîner ensemble?" se demande le manageur du REC Volley.  "Il va encore falloir des précisions."


Comment jouer le championnat

Rien que chez les féminines, 8 équipes sur 10 au REC Volley jouent contre des équipes également domiciliées dans des villes classées "rouge renforcé".
Cela va-t-il compromettre la saison?
Les fédérations sont à la manoeuvre pour élaborer des aménagements selon le manageur du REC Volley, convaincu aussi que la Ville de Rennes reste à l'écoute et fait son maximum.
 

Et l'emploi...


Ces dernières annonces ne rassurent pas totalement sur l'emploi.
Le REC Volley accueille environ 240 jeunes, filles et garçons, des plus petits jusqu'aux équipes de nationale. Cinq éducateurs sportifs et entraîneurs sont salariés pour les encadrer. Voilà qui repose la question de l'emploi.

Sortie de piste 

Le Club Rennais de Danse Sportive (CRDS) perdrait aussi sa piste si la salle polyvalente de la rue Constant Véron fermait ses portes.
Le CRDS est un club d’entrainement pour les couples qui font de la compétition. Quinze couples adhérents, de Rennes mais aussi de toute la région car "la discipline est rare", confie la présidente de l'association, Paulette Thomas.
Lors d'une conférence de presse ce vendredi 25 septembre après-midi, la Préfète d'Ille-et-Vilaine indiquait une fermeture pour les fêtes privées mais pas les réunions ou assemblées générales prévues de longue date par exemple.
Difficile de dire ce qui attend le CRDS.

Pour l’instant, les membres sont dans l’attente.
"Un couple doit danser au championnat de France de Bourg-en-Bresse le 10 octobre. En pleine phase de préparation il faut s’entraîner beaucoup et cela nécessite une piste de 200 à 300 m2. On pourrait se rabattre sur un équipement privé mais les locations ne sont pas données".

Alors les compétiteurs qui ne voient pas l’issue de la crise sanitaire perdent en motivation, ils redoutent aussi de devoir renoncer à des moments de retrouvailles.



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport vie associative société coronavirus/covid-19 santé