Football. Pour la Coupe de France 2022, les filles enfin vêtues comme les garçons, de la tête aux pieds !

Dans le football féminin, toutes les victoires ne se voient pas sur le tableau d’affichage ! Les filles de Brequigny viennent de remporter un match symbolique. Cette année, pour leur premier match de Coupe de France, elles, et toutes les équipes féminines du pays, ont reçu la tenue officielle complète : maillot, short et chaussettes. C’était jusqu’ici le sort des seuls garçons ! Pour dénoncer cette inégalité, il y a un an, jour pour jour, elles étaient entrées sur le terrain en petite culotte !

"Notre message est passé, " sourit Solenn Rescan, entraineure du CPB Brequigny Football. Il faut dire que pour ne pas l’entendre, il fallait vivre loin de tous les réseaux sociaux. L’an passé, l'image des filles entrant sur le terrain de foot en petite culotte a bien agité la toile. 

"Un jour, nous nous sommes aperçues que les hommes recevaient un équipement complet pour jouer la Coupe de France. Un maillot, un short, des chaussettes. Nous, les filles, on avait droit à un maillot, c'est tout ! On s’est dit, c’est pas normal !" se souvient Manon Eluere, ancienne joueuse du CPB Brequigny partie à l’Olympique lyonnais où elle est maintenant responsable de l'intégration des joueuses. "Le 7 mars 2020, on a donc décidé de s’entrainer en culotte. On était 4 ou 5. Cela n’a rien changé, alors l’an dernier, les filles ont remis ça. Pour le premier match de coupe à Brest, elles se sont présentées sur la pelouse sans short ! Ca a fait le buzz !"

Machisme 0 – CPB Brequigny 3

Avant le début de la compétition, ce dimanche 20 novembre, les filles viennent de recevoir leur équipement…et, il est complet ! Des chaussettes, un maillot et un short ! Avec en plus, une coupe adaptée à la morphologie féminine.

Evidemment, cela fait quelques tenues à financer pour la Fédération. "On joue le 128ème tour de la Coupe. Cela fait donc 256 équipes engagées qui comptent chacune 16 joueuses… mais les instances répètent sans cesse qu’elles veulent développer le foot féminin… il fallait être cohérents ! C’est normal et logique que l’on ait la même chose que les garçons", souligne Solenn Rescan.

"Si le foot féminin a beaucoup évolué, des inégalités demeurent. Depuis 20 ans, les choses ont énormément avancé. Il y a de plus en plus de moyens, pour les clubs pros bien sûr, mais pour les amateurs aussi. Avant, on nous faisait jouer à des horaires et sur des terrains improbables. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Il y a plus de médiatisation aussi. Mais il reste encore des choses à améliorer…" expliquait Manon Tessier l'an passé. 

Une victoire belle comme une Coupe du monde

"On est super fières, se réjouit Manon Eluere. Au fond, le short, on s’en fiche, mais pour toutes les petites filles qui jouent au ballon, on se disait que ce n’était pas normal. C’est un symbole et c’est comme cela que l’on avancera. Les inégalités, elles ne vont pas s’effacer comme cela, mais on se dit que l’histoire de ce combat, on pourra la raconter à nos filles quand on les emmènera à l’entrainement de foot !"

D’autres matchs à jouer

"On ne tape pas sur la Fédération de Foot, précise Manon, elle fait des choses, ça va dans le bon sens. Mais il faut qu’on continue à se  battre pour qu’il y ait plus de femmes dans les instances dirigeantes du foot, plus de femmes dans les clubs, plus de femmes arbitres. Si elles avaient été plus nombreuses, on ne serait pas resté dans cette situation pendant des années sans que personne ne trouve anormal que les femmes n’aient pas de short ! "

Demain, dimanche 20 novembre, les filles de Brequigny affrontent celles de Caen pour leur premier match… une équipe en forme, "ça ne va pas être facile, mais on va porter fièrement notre équipement" promet Solenn Rescan !