I'm from Rennes : la revanche des petits festivals

Au festival I'm from Rennes, le public est au contact des artistes. Dans un parc, un salon, un bateau ou même à vélo. Après un report et des sessions virtuelles, les fans sont au rendez-vous. Loin des déconvenues connues par les grands rassemblements de l'été.

Depuis 10 ans, Rennes s'offre un rendez-vous qui met à l'honneur son riche vivier musical. Et d'année en année, ce qui devait être une soirée unique est devenu un des festival majeurs de la ville, qui n'en manque pas.

La marque de fabrique: surprendre chaque année son public en proposant durant une semaine des jauges intimes dans des lieux tenus secrets, avant de conclure l' édition par de grandes soirées concerts. 

La formule est gagnante. Le format semble même particulièrement convenir après une année de contraintes sanitaires qui, logiquement, a vu l'édition 2020 annulée.

Loin du bilan mitigé de la dernière édition des Vieilles Charrues, qui à la suite des contraintes sanitaires n'a pas réussi à vendre tous ses billets, les amoureux du petit festival rennais courent après les quelques places mises en ventes. 

Car si I'm from Rennes n'est pas Carhaix, plusieurs groupes sont passés de la capitale de la Bretagne à la plus grande scène de France comme Her, Mermonte, TotorroJoannaGuz IILa Battue, Colorado, ou Ladylike Lilly.

Etre de ceux qui peuvent se targuer de les avoir découverts est quasi un sport national dans la ville qui a vu naitre Daho ou Niagara en son temps.

"L'impression d'être une privilégiée"

Dès l'origine du festival rennais, les soirées en petit comité dans des appartements se sont imposées comme une signature. Avec les années, les soirées en appartements se sont transformées en concerts dans des maisons, des jardins, ou sur des bateaux

Logique que pour cette nouvelle édition le rendez-vous soit sur un toit de la ville. Petit comité, point de rendez-vous en marge du lieu tenu secret, places vendus en moins d'une heure, la quarantaine de chanceux a le sourire.

"J'ai l'impression d'être une privilégiée. Chaque année I'm from Rennes est mon rendez-vous musical de septembre, c'est la petite folie en semaine qui nous offre des supers souvenirs" nous confie une spectatrice qui n'a pas raté une édition du festival.

L'impression d'être une privilégiée.

Marie

"On l'attendait cette nouvelle édition" nous livre un spectateur ravi d'avoir pu obtenir sa place. "On est content de s'être énervé pour réussir à obtenir des places. Depuis que je suis arrivé sur Rennes, j'ai eu un coup de coeur pour ce festival, pour ses rendez-vous intimes, et les lieux que l'on découvre".

Sur le toit de l'immeuble de 5 étages, la lumière décline. Les musiciens de Tiny Moon s'apprêtent à entrer sur une scène, bien entendu minuscule.

Cédric Bouchu, programmateur du festival, va à la rencontre des quelques chanceux ayant obtenu le sésame pour cette soirée Rooftop. Tous sont séduits par la vue, "on se croirait dans une grande ville" nous glisse une autre spectatrice, admirant le coucher de soleil sur la tour des Horizons.

Jouer avec ses armes

Cédric Bouchu nous explique l'approche voulue par l'équipe du festival :"pour 40 personnes comme ce soir, tu ne vas pas sortir la grosse artillerie, il faut faire un coin convivial pour que le public et les artistes se rencontrent. Pour les grosses soirées du week-end, on va penser autrement pour faire une grosse fête, et l'organiser en terme de sécurité".

Crise oblige, il a été impossible pour le programmateur de faire autant de concerts que d'habitude. Il a fallu changer de méthode pour réussir à boucler sa programmation.

"Cette année j'ai dû faire autrement, j'ai passé beaucoup de temps au téléphone avec les artistes pour connaitre leurs envies, leurs projets. C'est en échangeant avec eux que l'on peut imaginer où les faire jouer." 

Il est important de faire confiance aux artistes. Cette année beaucoup de groupes programmés n'ont pas été vus avant le festival. 

Cédric Bouchu, programmateur

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par France 3 Bretagne (@france3bretagne)

Au dessus des toits de la ville, la magie prend. Pleine lune pour le duo pop folk dont le single "Tiny Moon" était comme écrit pour l'occasion. 

"Le morceau Tiny Moon m'est resté en tête après le format des 'I'm from Home Session' que nous avions mis en place pendant la crise sanitaire", explique Cédric Bouchu. Aurore et Bahia El Bacha étaient les candidates idéales pour une rencontre de ce type. 

 

Bouger les codes  

Le festival I'm From Rennes aime proposer des formules inattendues pour les groupes programmés, comme faire jouer une session acoustique à un groupe très électrique, ou demander une version blues d'un repertoire rock.

Les surprises de cette édition 2021, c'est Barbara Rivage, qui va devoir jouer sur une scène flottante. Jeanne Bonjour, dont le spectacle de tournée est encore en calage, va devoir faire un mini set piano-voix. L'idée, cette fois, est de protéger la jeune étoile montante de la scène rennaise."Elle est encore très jeune, j'ai beaucoup discuté avec son manager, et on leur a proposé cette formule" explique Cédric Bouchu, qui cotoie tout l'année les artistes qu'il programme.  "L'idée est qu'elle puisse jouer tout ce qu'elle maitrise bien sur une session intime".  

Plaisir des deux côtés de la scène

Cette soirée Rooftop se termine avec un rappel, pour prolonger le plaisir. La chanteuse Aurore prend le micro, émue d'avoir pu retrouver ce moment d'échange avec le public, "je voudrais remercier l'équipe du festival. C'est un super cadeau que d'avoir pu jouer ici, pour nous c'était un moment magique".

Un plaisir partagé par les spectateurs qui découvraient le duo. Encore une fois, l'équipe a mis le bon groupe au bon endroit.

20 groupes sont au programme de cette 10ème édition du festival. Nos coups de coeur :

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture