Noël : pour les sapins, la tendance est au naturel et au local

Publié le
Écrit par Catherine Jauneau .
durée de la vidéo : 01min 54
Vente de sapins en direct chez le producteur : le local séduit la clientèle ©Catherine Jauneau et Philippe Queyroux

Moins d'un mois avant Noël, c'est comme chaque année la course au sapin. Notre région est productrice. D'où le choix de certaines familles d'acheter directement chez un producteur en privilégiant le local et le sapin naturel plutôt qu'un produit artificiel. Exemple à St Gilles, en Ille-et-Vilaine. Cette année encore, cette vente ne semble pas connaître la crise.

Françoise est une habituée. Depuis une quinzaine d'années, elle vient de Rennes pour choisir et couper elle-même son sapin de Noël chez Nicolas, un producteur installé à Saint-Gilles, en Ille-et-Vilaine.

Un moment de détente et le plaisir de se retrouver en pleine nature. Pas question d'acheter un sapin en grande surface et encore moins un produit artificiel pour cette cliente. Selon une étude commandée par la profession, 89% des ventes l'an passé se sont ainsi portées vers la tradition du naturel avec une tendance : le produit français et même local.

Du local et des pratiques de cultures plus vertueuses

Nicolas Lecire fait partie de ce circuit court. Avec quatre hectares de parcelles qu'il cultive en parallèle d'un travail de maraîcher, son exploitation est uniquement consacrée à la vente directe. Il met aussi en avant ses pratiques.

Je suis en zéro phyto et zéro engrais. Le débroussaillage est généralement en éco-pâturage avec des moutons et après, je sème de l'herbe avant de planter mes sapins.

Nicolas Lecire, producteur de sapins

Du côté des ventes, les tendances se confirment. L'épicéa, moins cher, cède largement du terrain au Nordmann qui dure plus longtemps. Les ventes, elles, restent stables selon les derniers chiffres malgré une légère augmentation des prix d'environ 10 % pour un budget moyen de trente euros.

En direct, chez notre producteur, comptez moins. Ici, les augmentations sont à la marge, nous dit-on. "Sur chaque taille de sapins, on a augmenté le prix d'un euro. Cela correspond à nos charges pour les coûts de transport, le prix des filets et les achats des plants qui seront répercutés dans 8 ans au moment de la coupe" explique Nicolas. C'est le bouche-à-oreille qui fait venir une clientèle fidèle chez lui. Une clientèle qui ne se base pas sur le budget, mais sur d'autres critères.

Il y a un vrai travail de qualité. On sait d'où ça vient et ce sont des sapins qui tiennent dans la durée, qui sont parfumés et élégants.

Une cliente

Pour les mairies et les écoles, des arbres hauts jusqu'à huit mètres quittent parfois l'exploitation : de vrais rois des forêts !

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité