Pilier de la scène rock rennaise des années 80, le chanteur Dominic Sonic est mort

Publié le Mis à jour le
Écrit par Jean-Marc Seigner .

C’est un artiste majeur de la scène rock rennaise qui s’en est allé. Dominic Sonic s’est éteint jeudi 23 juillet, emporté par un cancer. Il avait 56 ans.

C’était un gardien du temple, un puriste qui n’aurait jamais rien sacrifié aux trompettes de la renommée. Dominic Sonic est tombé dans le rock au seuil des années 80. Le gamin originaire de Dinan n’a que 16 ans quand il intègre le groupe Kalashnikov. Le groupe se forge une solide réputation et enchaîne les concerts avant de publier un mini-album devenu collector.

Scène rock rennaise

A cette époque à Rennes, une nouvelle scène française est en train d’éclore, c’est l’avènement d’un nouveau son d’une nouvelle ère propice à l’éclosion de Niagara ou bien encore d’Etienne Daho. Face aux nappes de claviers qui inondent la production du moment, Dominic Sonic ne va pas sacrifier ses guitares.

 

Un premier opus coup de poing

Son premier album solo « Cold Tears » sorti en 1989 est un uppercut pour toute une génération. Plus de 40.000 exemplaires, le musicien a visé juste avant de rejoindre, deux ans plus tard, le label Barclay. Un album éponyme en 1991 et puis viendra « Les Leurres » en 1994, un sommet de sa discographie.

En 1997 c’est sous son propre label que sera publié « Essais 94/96 » avant une longue pause. Dominic Sonic est loin des standards de l’époque mais les inconditionnels lui jurent fidélité.

 



"On stage" avec les Stooges



En 2002, aux Transmusicales de Rennes, c’est un rêve qui se réalise quand il partage la scène avec les Stooges, un groupe qui l’a toujours beaucoup inspiré. On le verra encore prolonger avec grâce, la nuit de nombreux festivals bretons. Les Trans ou le festival des Vieilles Charrues pleurent aujourd’hui un ami...

 



Deux autres albums viendront bientôt nourrir la carrière ciselée de ce rocker discret : « Phalanstère #7 » en 2007 et « Vanités #6 » en 2015, un retour rageur qui fut pour nous l’occasion d’une rencontre.

 



 

La discrétion des grands

Deux opus salués par la critique mais dont le rayonnement ne dépassera pas le succès d’estime.



C’est la loi du genre, quand le noir est fait, qu’un artiste s’en va, on exhume des tiroirs ce qu’il reste à entendre. On (re)découvrira la puissance et la force d’un répertoire qui ne pouvait pas laisser indifférent. Sonic sur scène cultivait tout à la fois la discrétion des grands et une rage à fleur de peau.

 


La scène, il devait encore y penser, quand voilà quelques jours, il confessait l’accouchement d’un nouvel album. Dix titres enregistrés en quelques jours. Un second volet était à venir.



Dominic Sonic avait des projets. Sans doute pas celui de nous quitter ce 23 juillet à 56 ans. Il va encore pleuvoir sur la Bretagne... Cette fois, ce n’est pas un hasard !



Une cérémonie d'hommage

Plusieurs artistes ont décidé de rendre hommage au chanteur, lors d'une cérémonie organisée à la salle de la Cité à Rennes.

 

 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité