Porc sur paille : plus respectueuse de la qualité des eaux, la production est servie dans les cantines du bassin rennais

L'association environnementale "Cohérence en Bretagne" incite les producteurs à adopter l'élevage de porc sur paille. Un créneau qui vise à réconcilier cette production avec l'environnement. Avec, à la clé, une meilleure préservation de la qualité de l'eau et des débouchés.

 

Le porc sur paille : une production encouragée par l'association Cohérence pour préserver la qualité de l'eau et réduire les lisiers.
Le porc sur paille : une production encouragée par l'association Cohérence pour préserver la qualité de l'eau et réduire les lisiers. © France3 bretagne

Nous sommes à la ferme de La Lande, chez Yannick Denoual, à Médréac en Ille-et-Vilaine : un exemple du modèle dont l'association Cohérence veut  faire la promotion. La recette : bien être animal, une alimentation sans OGM et moins d'antibiotiques. Des soins que prodigue au quotidien l'éleveur, pour une production annuelle de 540 porcs charcutiers et 300 porcelets.


Avec des animaux installés sur des litières de paille, plutôt que sur des caillebottis, les lisiers sont transformés en fumier, qui subissent moins le lessivage vers les cours d'eau.
Les villes qui captent justement leur eau potable dans les campagnes encouragent la démarche.

La collectivité  Eau du Bassin Rennais a donc créé son label, Terre de Sources, pour recruter ses fournisseurs et encourager les bonnes pratiques de ces agriculteurs locaux, engagés à agir pour l’environnement et la protection de l’eau potable, avec un mode de production plus vertueux pour les ressources en eau. Comment ? En proposant aux agriculteurs de nouveaux débouchés et en valorisant leurs produits.


Cela concerne les repas proposés dans les cantines, les crèches, les Ehpad...il y a 170 000 repas quotidiens servis dans les services des collectivités sur la métropole de Rennes.

Yannick Nadesan,vice-Président Eau du bassin Rennais

Seulement vingt exploitations pour le moment sont dans la boucle et alimentent ce circuit. L'association Cohérence cible 80 participants l'an prochain.

"Il faut sécuriser les éleveurs au niveau économique et avoir de la visibilité avec ce nouveau marché. On lance un appel, c'est maintenant qu'il faut construire ensemble une réponse à ces offres" souligne Carole Le Bechec, présidente du réseau Cohérence

Cela permet aussi aux éleveurs de fixer leur prix de vente. Yannick Denoual reste en même temps conscient de contraintes nouvelles : 

"Avec ce label Terre de Sources, on est sur des commandes plus volumineuses. Pour les cantines, les commandes ne sont pas régulières non plus par exemple, il n'y aura de la charcuterie qu'une fois et demi par mois dans les assiettes, mais le gros avantage, c'est que les menus sont déjà faits et que les commandes sont passées longtemps à l'avance".


Reste à convaincre du modèle : l'élevage sur paille représente actuellement 5 % de la production totale de porc en France.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie environnement