Qualité de l'air. Et si vous mettiez un capteur chez vous ? A Rennes, Ambassad'Air lance sa sixième saison

La ville de Rennes et la maison de la consommation et de l'environnement mettent à disposition des citoyens rennais des micro-capteurs afin de mesurer dans leur périmètre la pollution de l'air . C'est la 6eme édition de cette opération intitulée Ambassad'air.

Ambassad’Air vise à renforcer l’appropriation de la qualité de l’air par les Rennais. Cette opération se traduit par la mise en  place de multiples ressources : liens avec des experts, information sur l’air dans les quartiers, formation d’animateurs et installations de capteurs pédagogiques dans les maisons de quartiers. 

Mesurer la qualité de l'air dans sa maison  et autour de chez soi

L’opération permet aussi la mise à disposition de micro-capteurs aux habitants, afin qu’ils évaluent leur exposition personnelle, dans leur quotidien. 

Ces mesures amateurs sont complémentaires à la mesure experte réalisée par Air Breizh, qui est l’organisme en charge du suivi et des alertes en cas de pollution de l’air.

Jacques Le Letty, chargé de mission santé et environnement à la Maison de la  consommation et  de l'environnement (MCE) de Rennes explique. "Chaque Rennais peut venir à la MCE retirer un ou plusieurs capteurs. Ils sont mis à disposition après un temps d'explication pour leur utilisation et un rappel de l'esprit de l'opération".

Plusieurs types de capteurs sont en effet disponibles en fonction des différents polluants présent dans l'air.

Cette année, 200 foyers peuvent chosir de s'équiper de l'un de ces boitiers pour mesurer le radon ( un polluant souvent présent dans les habitations en rez-de-chaussé.

Nouveauté : une cinquantaine de capteurs d'un autre modèle sont proposés aux particuliers, notamment aux riverains de carrefours ou d'axes routiers très fréquentés, pour mesurer la pollution routière.

On a constaté une grosse bascule de prise de conscience chez les citoyens avec le confinement. Certains, avec le fait d'être restés à la maison et avec le télétravail souhaitent mieux être informés sur la qualité de l'air dans leur environnement, notamment à l'intérieur de leur logement.

Jacques Le Letty, chargé de mission santé et environnement à la Maison de la  consommation et  de l'environnement

Depuis le début de l'opération, il est également possible de disposer durant un mois et jusqu'à la fin avril 2022 d'un capteur de CO2, ( dioxyde de carbone) ce gaz peu polluant, mais présent dans nos intérieurs. L'outil ressemble à un petit réveil matin qui se branche sur secteur avec un voyant rouge qui s'allume pour inviter les résidents à aérer les lieux.

Possibilité aussi de mesurer les particules fines, des polluants très présents l'hiver, dûs au chauffage bois, à l'abrasion des pneus et aux plaquettes de freins par exemple. Pour ces mesures, c'est un capteur nomade couplé à l'application  Aircasting qui est prêtée.

Certaines mesures seront collectées comme celles concernant le radon qui permettent d'enrichir les données du Ministère de la santé, mais le but initial d'Ambassadair est ailleurs.

 

Ambassad'air n'a pas valeur d'étude. Cela permet à chaque citoyen de veiller à la qualité de l'air dans son environnement et de nous solliciter pour toutes ses interrogations sur le sujet.

Jacques Le Letty, chargé de mission santé et environnement à la Maison de la  consommation et  de l'environnement

En effet, le projet propose, grâce à la participation d'AirBreizh ( observatoire de la qualité de l'air) , toute une série de visioconférences et de temps de rencontre entre les citoyens et différents experts sur différentes thématiques.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement pollution