Réforme des retraites. "On ne lâche pas". À Rennes, l'intersyndicale tient bon

La Bretagne fait du zèle contre la réforme des retraites. En attendant la 16e journée de mobilisation nationale, le 6 juin prochain, l'intersyndicale d'Ille-et-Vilaine appelait à une manifestation dans les rues de Rennes ce mardi 23 mai. Près d'un millier de personnes sont venues pour affirmer qu'elles "ne lâcheraient rien".

"On est toujours là, on ne lâche pas !" Fabrice Le Restif, secrétaire départemental FO 35, est toujours mobilisé ce mardi 23 mai contre la réforme des retraites, malgré la promulgation de la loi. Un millier personnes (3000 selon les syndicats et 750 selon les forces de l'ordre) défilent dans les rues de Rennes suite à l'appel de l'intersyndicale d'Ille-et-Vilaine. Une manifestation bonus pour les Bretons, pour maintenir la pression avant la journée nationale de mobilisation le 6 juin prochain. 

"On a sauvé la dignité des travailleurs"

"Les 8 syndicats sont toujours là. On ne passe pas à autre chose. Même si ça ne sera pas facile. La colère est toujours là. C’est ce qu’on nous dit. Les Français et les Bretons sont fiers qu’on tienne le coup et que nos organisations syndicales tiennent le coup. On a sauvé la dignité des travailleurs." 

"Il faut que monsieur Macron, madame Borne et tous leurs soutiens sentent le poids du boulet de cette contre réforme de la retraite des morts. On ne peut pas passer à autre chose."

Fabrice Le Restif

Secrétaire départemental FO 35

durée de la vidéo : 00h01mn20s
Interview de Fabrice Lerestif, secrétaire général FO 35 ©Sandrine Ruaux, Bruno Van Wassenhove - France Télévisions

Les syndicats pensent qu’un retrait est encore possible. Ils comptent en particulier sur le vote à l’Assemblée du projet de loi du groupe Liot. Outre la manifestation, ils appelaient à des grèves ce mardi. Un appel peu suivi. Aucune école rennaise n’est fermée ce jour. Seules quelques cantines et garderies n’assurent pas leur service.

Mercredi 24 mai, une nouvelle manifestation est annoncée contre les violences policières et des rassemblements seront prévus devant les permanences des députés locaux. 

(Avec Sandrine Ruaux)