Rennes : une application pour louer une place de parking et stationner plus facilement

Stationner à Rennes, une galère pour les automobilistes / © BEP/OUEST FRANCE
Stationner à Rennes, une galère pour les automobilistes / © BEP/OUEST FRANCE

L'application YesPark concerne désormais Rennes. Elle permet aux automobilistes de louer une place de parking facilement dans des immeubles gérés par les bailleurs sociaux, une solution à l'heure où le stationnement se faire rare et cher. 

Par Emilie Colin

Se garer en ville, cela devient compliqué. Pas toujours facile de trouver une place rapidement et sans payer trop cher. Certains stationnement sont pourtant libres mais pas forcément à la vue de tous. L'application YesPark lancée il y a trois ans exploite les emplacements inutilisés, dans les sous-sols des bâtiments, gérés par les bailleurs sociaux. En France, cela représente 120 000 emplacements et 100 millions d'euros par an de manque à gagner pour ces organismes. 

Il s'agit de répondre à la quête de n'importe quel automobiliste, pour lequel il est terriblement difficile de trouver une place dans les grandes villes et de rendre service aux propriétairex (Thibaut Chary, co-fondateur de YesPark)


200 emplacements à Rennes


YesPark arrive donc sur Rennes. La start-up travaille avec les bailleurs sociaux Neotoa et Archipel Habitat, ainsi qu’avec la chaîne Appart City. Seize parkings sont actuellement repértoriés et connectés soit 200 emplacements disponibles. Rue de Fougères et rue des Seiz Breur, près du Thabor sont en attente. 

Côté prix, les tarifs s'affichent 30 % en dessous des prix habituels pour une location. Ce sont les bailleurs qui les fixent. Selon la localisation du parking et ses services (caméras, gardien, ascenseurs) ils peuvent varier. 

Un système simple


Le service fonctionne sans caution et sans engagement. Le smartphone fonctionne comme une télécommande pour accéder au parking préalablement réservé. Le conducteur loue l'emplacement un mois minimum.

En trois ans, l'application comte 10 000 places en France, réparties sur 300 communes. "Ce n'est que le début, le potentiel est énorme" souligne Thibaut Chary qui vise essentiellement les villes de plus de 100 000 habitants. En Bretagne, Brest pourrait être la prochaine concernée. 


Sur le même sujet

80km/h sur le réseau secondaire ?

Près de chez vous

Les + Lus