Rennes : des cocons à sieste pour les soignants du CHU

L'appel aux dons lancé par Nominoë, le fonds de dotation du CHU de Rennes, a permis de financer l'achat de cinq cocons à sieste pour les soignants de Pontchaillou. Objectif : améliorer le confort dans les salles de repos.

Cinq cocons à sieste ont été installés pour les soignants dans les services de réanimation, gériatrie et aux urgences
Cinq cocons à sieste ont été installés pour les soignants dans les services de réanimation, gériatrie et aux urgences © DR

Au CHU Pontchaillou, à Rennes, en Ille-et-Vilaine, les soignants disposent désormais de cinq cocons à sieste, installés dans les service de réanimation, de gériatrie et aux urgences. Des cocons qui permettent d’être isolés visuellement et de se relaxer dans les meilleures conditions possibles.

 

Veiller au confort des équipes soignantes



"Au cœur de la crise sanitaire, l’amélioration des salles de repos des soignants est apparue comme une évidence" explique Marie Louis, la déléguée générale de Nominoë, le fonds de dotation du CHU de Rennes qui, grâce "aux dons de Bretons de tous horizons", a pu financer cet équipement. "Nominoë est en principe tourné vers l'aide aux patients et à leur entourage, souligne-t-elle encore. Mais avec l'épidémie de Covid-19, nos donateurs étaient soucieux du bien-être des équipes soignantes".

Un Fonds d'urgence est donc lancé dès avril. Il finance tout d'abord des tests pour les soignants du CHU mais aussi pour ceux de dix autres établissements médicaux de Haute-Bretagne. Avec l'argent qu'il reste, Nominoë décide de s'atteler au confort dans les salles de repos. Et fait l'acquisition de ces cinq cocons à sieste, mis au point par la start-up Nap&Up, spécialiste de la micro sieste en entreprise.
"Les équipes soignantes et médicales pourront ainsi déconnecter grâce à une application qui diffuse des audios de sophrologie, précise Marie Louis. Ils pourront aussi s’accorder simplement un temps calme. On va poursuivre dans cette logique car, après avoir interrogé les principaux intéressés, le confort des salles de repos correspond à un vrai besoin".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société