Rennes : concert de casseroles des restaurateurs. Le couvre-feu met leurs établissements en danger.

A Rennes, les restaurateurs ont manifesté leur inquiétude ce vendredi matin. L'annonce par le Premier ministre, ce jeudi 22 octobre, d'un couvre-feu en Ille-et-Vilaine de 21h à 6h, leur fait peur pour la santé économique de leurs établissements. Ils sont reçus dès ce midi par la préfète.

Concert de casseroles des restaurateurs ce vendredi 23 octobre à Rennes. Ils craignent pour leur avenir suite à l'annonce des mesures de couvre-feu ce jeudi par le Premier ministre.
Concert de casseroles des restaurateurs ce vendredi 23 octobre à Rennes. Ils craignent pour leur avenir suite à l'annonce des mesures de couvre-feu ce jeudi par le Premier ministre. © Barbara Gabel-France Télévisions
"Aujourd'hui, c'est la mort de nos métiers !", scande Pierre Clolus, devant la préfecture Martenot à Rennes. Le patron du restaurant l'Ambassade à Rennes et représentant du collectif des bars-restaurateurs "On va tous trinquer" a manifesté ce vendredi matin avec ses confrères pour faire part de leurs craintes suite à la mise en place d'un couvre-feu de 21h à 6h.


Couvre-feu en Ille-et-Vilaine de 21h à 6h

Ce jeudi 22 octobre, le Premier ministre, Jean Castex, a proclamé l'élargissement du couvre-feu à 38 nouveaux départements métropolitains. En Bretagne, seule l'Ille-et-Vilaine est concernée. Cette mesure, destinée à lutter contre la propagation du coronavirus, entrera en vigueur ce vendredi 23 octobre à minuit. Désormais les Brétilliens devront être rentrés à leur domicile dès 21h. Un coup de massue pour les bars-restaurants déjà mis à mal par la situation sanitaire et ses cohortes de fermetures.


Reçus par la préfète d'Ille-et-Vilaine


"On veut des précisions pour savoir si des aménagements peuvent être faits. On a besoin que nos collègues vivent correctement", poursuit Pierre Clolus. Ce vendredi midi, ils sont reçus par la préfète d'Ille-et-Vilaine, Michèle Kirry. Elle pourrait, entre autres, abaisser la durée de cette mesure de six à trois semaines.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie coronavirus/covid-19 santé société