Rennes : deux élus Les Républicains aspergés d'urine et de soupe de poisson

Amélie Dhalluin et Bertrand Plouvier, élus Les Républicains, ont porté plainte suite à l'agression dont ils ont été victimes mercredi 29 mars. / © Thierry Bréhier / France 3 Bretagne
Amélie Dhalluin et Bertrand Plouvier, élus Les Républicains, ont porté plainte suite à l'agression dont ils ont été victimes mercredi 29 mars. / © Thierry Bréhier / France 3 Bretagne

Lors d'une réunion politique dans un bar de Rennes mercredi 29 mars, deux élus Les Républicains ont été aspergés d'urine et de soupe de poisson par plusieurs individus. Les deux victimes ont décidé de porter plainte. 

Par LH

L'incident s'est produit mercredi soir au bar Le Royal alors qu'Amélie Dhalluin et Bertrand Plouvier, candidats Les Républicains aux élections législatives, participaient à une réunion politique avec des étudiants de l'association sens commun sur le programme de François Fillon. 

"Vers 21h, un groupe de cinq ou six personnes a fait irruption dans l'établissement. Une fille a lancé "dehors les fachos" et nous a aspergés avec des bouteilles remplies d'urine et de soupe de poisson. Ils sont partis directement après, en mettant des coups de poing aux gens sur leur passage" raconte Bertand Plouvier.

Selon l'élu LR, un "groupuscule de l'ultra gauche" serait à l'origine de cette "violente agression, qui porte atteinte aux valeurs de la démocratie". Bertrand Plouvier et Amélie Dhalluin ont porté plainte. 
Rennes : deux élus Les Républicains aspergés d'urine et de soupe de poisson

Les caméras de vidéosurveillance devraient permettre une identification des auteurs des faits.

"C’est la démocratie elle-même que l’on veut remettre en cause"

Dans un communiqué la maire PS de Rennes, Nathalie Appéré "condamne fortement cette agression inacceptable. J’exprime ma solidarité et mon soutien à mes collègues du Conseil municipal, Bertrand Plouvier et Amélie Dhalluin, qui ont en été les victimes. En s’attaquant à un débat politique, c’est la démocratie elle-même que l’on veut remettre en cause. Elle se nourrit de la confrontation des idées mais jamais de l'insulte et de la violence. Je souhaite que les auteurs de ces actes soient identifiés et poursuivis".

De son côté Emmanuel Couet, Président de Rennes Métropole, a indiqué : "aucun désaccord politique ne peut justifier de tels agissements, que je condamne avec force. La violence n’a pas sa place en démocratie car les différends s’y règlent par le débat et par le vote".

Sur le même sujet

Xavier Tirel invité du JT pour la seconde ligne de métro à Rennes

Les + Lus