Rennes. Environ 2500 personnes ont marché pour le climat

Une foule rassemblant toutes les générations a manifesté dans le calme mais en musique, ce dimanche 9 mai à Rennes, pour une loi climat plus ambitieuse.

Manifestation pour une loi climatique plus ambitieuse à Rennes
Manifestation pour une loi climatique plus ambitieuse à Rennes © Benoît Le Vaillant/France Télévision

« Climat : stop au blabla, place aux actes » : la banderole placée en tête du cortège est sans  équivoque. Les manifestants, parmi lesquels beaucoup de familles, n’ont pas bien digéré le vote du projet de loi Climat et résilience, mardi 4 mai à l’Assemblée, et qui doit être discutée ce lundi 10 mai au sénat.


"J’ai envie de sensibiliser ma fille à ce combat là"

Comme cette jeune mère de famille, qui brandit une pancarte "Pour de l’argent, ils tueraient terre&mer ". "Il est vraiment temps de faire quelque chose. Les politiques ne font rien. Nous on est dans une démarche écologique, on achète une maison écolo. Moi, j’ai envie de sensibiliser ma fille à ce combat là. Ce sont les générations futures qui vont devoir agir et prendre le monde en main. C’est important de venir en famille, et de s’inspirer des jeunes générations, c’est elles qui ont le plus de bonnes idées".

Une manifestante pour le climat à Rennes
Une manifestante pour le climat à Rennes © Benoît Le Vaillant/France Télévision


Un peu plus loin, c’est un père de famille qui lance un cri d’alarme pour son enfant…. Et ceux des autres.

On a une petite fille qui aura 80 ans en 2100 et on préférerait qu’elle puisse évoluer dans un monde vivable, plutôt que de subir un monde avec des inégalités très fortes et des catastrophes naturelles.

Un père de famille

 

Une loi qui déçoit

Cette manifestation, à l’appel de nombreuses associations et collectifs, a été intitulée « La marche d’après ». L’idée était de contester le projet de loi voté à l’assemblée nationale le mardi 4 mai.

Parmi les propositions votées :

Dans le cortège rennais, certains partis politiques, dont bien sûr EELV, mais aussi des associations promettant de faire entrer le thème de la défense du climat dans les urnes aux prochaines élections. 

 

"La loi ne reprend que 10% des propositions de la convention citoyenne"

Grégory Oliveira Dos Santos, Rennais membre de la Convention citoyenne pour le climat, et bien sûr présent à la manifestation dans la capitale bretonne, est très déçu mais veut garder espoir. "La loi ne reprend que 10% des propositions de la convention. (…) De notre côté, les 150 citoyens de la convention, essaient de faire des visios avec les sénateurs. Ils ont l’air plus concernés, plus proches des territoires. On verra bien".

 

Gregory, membre de la convention citoyenne sur le climat
Gregory, membre de la convention citoyenne sur le climat © BLV/France Télévision

 

 

La suite au Sénat ce lundi 10 mai

Début de réponse ce lundi 10 mai. Les sénateurs vont discuter du projet de loi « Climat et résilience ». Mais c’est loin d’être gagné. Le projet de loi grave dans l’article premier de la Constitution, que la France "garantit la préservation de l’environnement et de la diversité biologique et lutte contre le dérèglement climatique". Or, la majorité du Sénat rejette le terme « garantit », qui donnerait, selon elle, à la préservation de l’environnement une forme de priorité sur les autres principes constitutionnels.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
réchauffement climatique environnement manifestation économie social