Rennes : la frénésie consumériste du Black Friday contestée par les écologistes

Le sit in des militants Block Friday a entraîné l'intervention de la police devant les Galeries Lafayette à Rennes / © T. Bréhier - France Télévisions
Le sit in des militants Block Friday a entraîné l'intervention de la police devant les Galeries Lafayette à Rennes / © T. Bréhier - France Télévisions

Pacifiques ou mouvementées, les actions des écologistes, le jour du Black Friday, s’oppose de plein fouet à la société de consommation. La polémique monte entre partisans d’une urgente sobriété pour sauver la planète, et acteurs du capitalisme ordinaire.

 

Par Marc-André Mouchère


Alors que les incitations à la consommation s’affichent sur papier ou sur écran, les associations qui militent contre le réchauffement climatique, contestent dans les rues de Rennes leur bien fondé. Au grand dam des commerçants.


Appel au boycott du Black Friday devant les Galeries Lafayette


Acte 1 ce matin : une manifestation pacifique sous forme de sit-in devant ce grand magasin historique de Rennes.

Une action pacifique à l’appel de Youth for Climate Rennes (jeunesse pour le climat), d’Extinction Rébellion Rennes, et d’ANV Cop 21 (Action non violente COP21, en référence à la Conférence des parties pour limiter le réchauffement climatique de la planète).
 
© J. Vincent-Seignet
© J. Vincent-Seignet

Le Block Friday : cette action non violente consiste à dénoncer l’orgie de consommation de biens manufacturés encouragée par cette récente mode venue des États-Unis qu’on nomme le Black Friday (vendredi noir) et qui outre-Atlantique marque une période de shopping pour les fêtes de fin d’année. Opération qui s’est largement étendue au commerce par Internet. L’objectif est de faire un maximum de chiffre d’affaires pour faire tourner le commerce et la production, dans le meilleur des mondes du capital.

Seulement voilà, toute cette dépense d’énergie pour fabriquer et importer des biens de consommation est en totale contradiction avec la nécessité de stopper le réchauffement climatique.

À ce système la jeunesse écologiste (ce sont en tout cas plutôt des jeunes que l’on voit dans les manifestations de rue), s'oppose le Green Friday pour encourager des comportements de recyclage et de sobriété énergétique.

Ce matin, la manifestation devant les Galeries Lafayette (temple de la consommation du siècle dernier) a été dispersée par les forces de l’ordre car aux yeux de la loi, même non violente, elle est illégale puisqu’elle contrevient à la liberté du commerce.

Acte 2 cet après-midi : des manifestants dans les rues de Rennes se revendiquent de la quatrième grève mondiale pour le futur.

Là aussi des organisations écologistes et étudiantes de Rennes (Beaulieu/Rennes 1 et Rennes 2) ont formé des cortèges noyautés par des individus masqués qui renversent des poubelles et taguent des vitrines au risque d’engendrer des violences et de brouiller le message écologiste.
 

Sur le même sujet

Les + Lus