Suite à l'agression physique d'une maîtresse par un élève, les enseignants d'une école se mettent en grève

Publié le Mis à jour le

A Pacé, près de Rennes (Ille-et-Vilaine), l'école élémentaire Guy-Gérard de Pacé sera fermée lundi. La raison : un mouvement de grève reconductible des enseignants après qu'un élève de CM2 a frappé sa maîtresse.

Lundi 28 novembre, les grilles du groupe scolaire Guy Gérard à Pacé seront sans doute fermées, la vingtaine d'enseignants ayant décidé de se mettre en grève. Un mouvement de protestation suite à l'agression physique d'une maîtresse de CM2 par un de ses élèves, un garçon de 10 ans.

Frappée en cours de sport

Les faits se sont déroulés le mardi 22 novembre lors d'un cours de sport. Selon Sophie Danet, la présidente de l'association des parents d'élèves, suite à un différend, un élève de CM2 aurait enlevé ses chaussures et les aurait lancées sur sa maîtresse. Repris pour ce geste, le garçon aurait saisi les béquilles d'une autre élève pour frapper l'enseignante. Les béquilles seraient tombées et l'élève aurait donc frappé sa maîtresse avec ses mains. Un autre enfant se serait interposé pour le stopper. 

Sollicité sur ces faits, Philippe Astruc, le Procureur de la république de Rennes nous a répondu qu'il confirmait "qu’un enseignant a effectivement fait l’objet d’une agression significative de la part d’un jeune élève de cet établissement. En regard du jeune âge de ce mineur, sa responsabilité pénale ne peut être engagée".

Suite à ces faits traumatisants pour l'enseignante et ses élèves, les parents de la classe concernée ont été informés dès le mardi par écrit et réunis le jeudi à l’école par l’enseignante et le directeur.

Selon l'association des parents d'élèves, la seule réponse proposée à cette problématique est de changer cet élève de classe au sein de l'école. Une réponse insuffisante pour les enseignants et les parents.

Un élève connu pour des problèmes de comportement

"Cet enfant est en grande difficulté et connu de l'administration scolaire et des services compétents pour avoir des problèmes de comportement et des accès de violence soudains. C'est entre autres pour cette raison qu'il a été changé d'école à la fin de l'année dernière. Il était précédemment dans l'autre groupe scolaire de la commune, explique la présidente de l'association des parents d'élèves. Il est certain que ce garçon, au demeurant adorable, aurait besoin d'être accompagné pour ses problèmes", ajoute-t-elle.

Dans un communiqué, l'association précise que "la direction de l'école, l'équipe pédagogique et l'enseignante œuvrent depuis son arrivée pour permettre sa scolarité et une prise en charge globale avec les partenaires et acteurs sociaux concernés. En vain…" 

Une réponse inadaptée

Mais selon sa présidente, "rien n'est fait pour protéger enseignants et enfants. Le climat est très lourd et l’ensemble des parents est très inquiet de ce qui va se passer lundi au retour de l’élève, qui lui aussi se retrouvera en difficulté".

Dans son communiqué, l'association ajoute : "La réponse apportée à l’école par l'inspectrice de  l'éducation nationale n'est pas satisfaisante au regard des circonstances. Le changement de classe ne fait que déplacer les difficultés. Nous ne comprenons pas que la communauté éducative du groupe scolaire Guy Gérard ne se sente pas soutenue et accompagnée."  Elle va même jusqu'à écrire "Doit-on attendre un autre acte de violence, un drame, pour agir ?", en appelant à la responsabilité de l'État dont  "la lutte contre les violences à l'école et la protection des enseignants et de tous les élèves, annoncées comme une priorité doivent être mises en œuvre ici".

Le procureur de la République a fait savoir qu'une procédure concernant cet enfant "est ouverte au titre de la protection de l’enfance auprès d’un juge des enfants. C’est dans ce cadre qu’une réponse adaptée à cette situation particulière sera recherchée".

Une grève reconductible

Par solidarité avec leur consœur et dans l'attente d'une réponse adaptée, la vingtaine d'enseignants du groupe scolaire Guy Gérard sera en grève reconductible lundi. Les parents d'élèves ont prévu de se retrouver lundi matin devant l'établissement qui accueille près de 700 élèves et de solliciter un rendez-vous auprès de l'inspection académique.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité