Harcèlement, exposition à des contenus violents, usurpation d'identité... les petits comme les grands sont de potentielles victimes d'actes malveillants sur les réseaux sociaux et sur internet. Une policière s'invite donc dans les écoles rennaises pour informer les élèves des dangers.

"Il faut essayer de se protéger au maximum": dans une école primaire rennaise, une policière en uniforme explique aux CM2 les bonnes pratiques à observer sur internet, des jeux vidéos aux recherches pour les exposés, sans oublier les réseaux sociaux.

A l'école de la Duchesse Anne, dans une salle de classe donnant sur le parc du Thabor, les 25 élèves de CM2 ont une matinée un peu particulière avec la venue de la brigadière-chef Karine, équipée de son arme à la ceinture.

"Je ne suis pas là pour vous faire la leçon", prévient-elle, avant de demander aux élèves de 10 et 11 ans ce qu'il est possible de faire sur internet.

Attention aux arnaques en tout genre 

Les doigts se lèvent: chercher des données, envoyer des messages, appeler, acheter, vendre, jouer aux jeux vidéos... Au fur et à mesure des réponses, la policière inscrit au style rouge le corollaire sombre (arnaque, piratage, cyberharcèlement, fausses informations) avec comme objectif d'adopter un code de bonne conduite sur internet...qui pourra certainement aussi intéresser les parents.

Ainsi, elle recommande d'avoir "deux boîtes mail", une pour les choses "importantes" (médecin, impôts) et une pour les achats. 

Concernant le mot de passe, elle inscrit au tableau Karine35 et K@r!µEUR35, les élèves devant déterminer lequel est le plus solide. "Vous avez énormément d'imagination vous les enfants, alors utilisez là pour trouver un mot de passe le plus compliqué possible !", dit-elle, déclenchant des sourires. 

Elle rappelle aussi des principes de base comme de ne jamais choisir sa date de naissance car "si on se fait voler le sac où il y a la carte d'identité, la première chose que fera le voleur sera de mettre le jour et le mois comme mot de passe" pour débloquer le smartphone. 

Dans le cas d'une vente sur Vinted ou Le bon coin, le rendez-vous avec l'acheteur doit être "dans un endroit où il y a du monde" et non au domicile. 

Réseaux sociaux 

Vient le moment attendu de l'usage des réseaux sociaux et des jeux vidéos dont l'utilisation parfois excessive par les mineurs est devenue un problème de société. 

Des élèves confient avoir déjà un compte sur les réseaux sociaux, TikTok ou Whatsapp. Et près de trois quarts des enfants de la classe disent jouer à des jeux vidéos et parmi ceux cités figurent des jeux interdits aux moins de 12 ans et même... aux moins de 18 ans.

"Ce n'est pas pour vous embêter", mais il faut respecter les interdictions car votre "cerveau" n'est pas "mature", explique-t-elle.

La maîtresse Marie-Hélène Guillemin salue ce type de formation qui correspond au programme, car "on doit leur faire travailler sur les outils numériques. Internet, les ordinateurs, ça en fait partie et ça nécessite un apprentissage. Et ils doivent aussi apprendre à avoir un esprit critique", relève-t-elle.

La policière rapporte un cas grave de cyberharcèlement sur le jeu Fortnite et rappelle l'existence de Pharos, le portail officiel de signalement des contenus illicites, distillant quelques formules chocs: "Quand vous allez acheter du pain à la boulangerie, vous ne parlez pas aux inconnus: c'est la même chose sur internet".

"Quelquefois, on peut penser qu'avec une petite cuillère, on essaie de vider l'océan. Mais déjà, avec cette petite cuillère, si je peux déjà faire avancer les choses, c'est pas mal", argue la policière de 52 ans, qui a formé une quarantaine de classes de CM2 cette année.

Dans quelques semaines, elle délivrera le "code de bonne conduite sur internet" à ceux qui auront correctement répondu à des questions et lu le livret qui dispose d'une partie pour les élèves et d'une autre pour les parents.

Lou, 11 ans, a bien apprécié cette formation originale et, promis, elle en parlera à sa mère qui, comme mot de passe, "a mis son nom. Je pourrai lui dire de changer pour éviter que ce soit trop hacké". 

En cas de difficultés, le numéro vert 3018

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bretagne
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité