Usine Bridor de Liffré. Nouvelle manifestation des opposants devant le siège du groupe Le Duff

Les opposants à l'implantation de l'usine de boulangerie industrielle Bridor à Liffré se sont à nouveau rassemblés ce samedi 12 novembre en matinée devant le siège du groupe Le Duff, à Rennes, pour dénoncer à nouveau le projet. Emploi, zones humides menacées, usine énergivore en eau et recours : chaque partie y va de ses arguments dans ce dossier.

Le dossier de l'implantation de l'usine Bridor à Liffré, au Nord de Rennes, suscite toujours autant de controverses. Les manifestations se succèdent depuis le mois de juin dernier. Plusieurs associations ont à nouveau appelé à manifester ce samedi contre l'implantation de ce nouvel outil de production prévu sur un site de 21 hectares dans la zone de Sévaille 2 ,visant à produire pains et viennoiseries destinés notamment à 50 000 grands hôtels et restaurants dans le monde. Des citoyens se mobilisent dont des membres de Extinction Rebellion Rennes Colere à Liffré-Cormier Confédération Paysanne 35 Association Nature Environnement THorigné-fouillard Association "La nature en ville"

Samedi dernier, ils étaient 500 à défiler dans les rues de la commune où doit s’implanter cette usine de viennoiseries industrielles. Une semaine plus tard, 120 personnes sont réunies devant le siège du groupe Le Duff (Brioche Dorée, Del Arte…) au centre Alma, à Rennes.

Un rassemblement "pour le climat et contre le projet Bridor". Les opposants ont organisé cette marche climat dans le cadre de la Cop 27 qui se déroule actuellement en Egypte, contre ce projet qu'ils considèrent comme "climaticide".

Aujourd'hui, c'est la journée mondiale du climat sur fond de Cop 27. Avec cette mobilisation on veut faire le lien avec le projet d'usine Bridor. Son choix d'implantation sur des terres agricoles et sa menace sur des zones humides ainsi que sa nature, avec une forte consommation d'eau pour sa production, sont selon nous, "climaticides".

Pascal Branchu Président de l'association "La nature en ville"

Parti du siège social du groupe, le cortège finira esplanade Charles de Gaulle en centre-ville de Rennes avec différentes prises de paroles prévues et un passage au siège de Rennes Métropole où une lettre sur la gestion de l'eau a été déposée pour sa présidente Nathalie Appéré.

Cette usine devrait compléter l'activité du Groupe Le Duff. En 2017, le groupe qui compte neuf usines dans le monde, dont une à Servon-sur-Vilaine, près de Rennes se lançait dans le projet de construction d’un nouveau site. Investissement prévu : 250 millions d'euros et 500 emplois non délocalisables, dont près de 150 dès la première année. En 2018, pour la création de l'usine, son choix se porte sur un terrain à Liffré, en Ille-et-Vilaine.

Un projet de 250 millions d’euros

Le groupe le Duff souhaite y construire sa plus grande usine dans le monde. Sur le site, il veut installer 11 lignes de production de pains, croissants et autres viennoiseries, 650 tonnes par jour, à destination de l’Asie et de l’Amérique. Mais pour se faire, il a besoin d’un site de 21 hectares. Malgré cette belle perspective économique, le projet, soutenu par la Région Bretagne et son président Loïg Chesnais-Girard, ancien maire de Liffré, fait face à une crispation. 

Menaces de Louis Le Duff

Face à cette opposition, le patron du groupe, Louis Le Duff, est sorti de son silence il y a quelques jours. Il s’agace de ces oppositions, « je ne vais pas encore attendre dix ans », et menace d’aller faire son usine, ses 250 millions € d’investissements et ses 500 emplois, à l’étranger. L’été dernier, l’État a validé le permis de construire. L’entreprise, qui s’attend à de nouveaux recours, table désormais sur une ouverture à l’horizon 2027.