"C'est tellement la galère", armé de ses 5000 flyers, un habitant de Saint-Servan aide les gens à trouver un toit

Marc Bihan a connu le parcours du combattant pour trouver un logement en location à Saint-Malo et alentours. Face aux difficultés, il a fait imprimer 5000 flyers. Après avoir trouvé un toit via Internet, il va distribuer quand même ses flyers pour mettre en relation locataires et propriétaires.

"Le jour de mon anniversaire, j'ai appris que l'appartement que je louais allait être vendu par les propriétaires. Les difficultés pour trouver un logement ont commencé". Marc Bihan, 55 ans, habitant de Saint-Servan (35) n'est pas près d'oublier ses aventures pour retrouver un toit.

"Mes propriétaires ont toujours été sympathiques avec moi. Depuis neuf ans, je ne payais que 580 euros pour un appartement en duplex de 70 mètres carrés juste en face de mon travail. Je n'ai jamais eu d'augmentations." tient-il à préciser. 

Les propriétaires retraités, qui ont besoin de vendre, lui proposent de l'acquérir. Mais le montant du bien  sans compter le coût des prêts immobilier, et l'envie pas forcément très affirmée d'acheter, le font renoncer.

Les prix sont fous. C'est du vol.

Marc Bihan

locataire

Le quinquagénaire se met donc à la recherche d'un nouveau nid douillet. Il consulte les offres sur les sites spécialisés et contacte des agences immobilières. "C'est là que je me suis aperçu que j'avais eu de la chance avec mon appartement. Tout est très cher, pour des surfaces de moins de 30 mètres carré."

Une solution originale et humoristique

Marc Bihan commence à s'inquiéter et même à être en colère. Surtout après un rendez-vous avec la conseillère d'une agence immobilière très connue sur Saint-Servan. "Elle m'a mal parlé. Elle m'a fait comprendre que c'est elle qui sélectionnait les demandes et j’ai compris que mon profil n'allait pas".

Une situation qui le pousse à passer outre le système en place. "Je me suis dit qu'il fallait trouver un moyen original pour faire connaître ma situation et trouver mon appartement sans passer par les agences".

À LIRE : Prix de l’immobilier. Des logements plus chers, et plus rares : les conseils des notaires

Grâce à son expérience passée dans le milieu de la presse satirique, il imagine et crée un visuel humoristique qu'il fait imprimer sous forme de flyers, de prospectus qu'il s'est mis en tête de distribuer un peu partout à Saint-Servan et Saint-Malo. En même temps, le salarié d'un restaurant bien connu dans la commune, décide d'ouvrir une page Facebook. "Je voulais être drôle et percutant. Et pour cela j'avais annoncé que j'offrirai deux repas dans le restaurant les Mélèzes où je travaille pour la personne qui m'aiderait à trouver mon appartement."

Mon message a été largement diffusé. J'ai eu de nombreuses propositions.

Marc Bihan

Locataire

Et puis tout se précipite. Son histoire est partagée sur les réseaux sociaux. Et en moins de trois jours, Marc Bihan trouve son nouveau toit. "Mon message a été énormément diffusé. J'ai eu plusieurs propositions de gens que je ne connaissais pas." Même si son loyer a connu une augmentation, le nouvel appartement lui convient. 

Seulement voilà, ce vendredi 5 avril, soit 3 jours après avoir choisi son nouveau "chez lui" et alors qu'il fait ses cartons, il reçoit les fameux 5000 flyers qu'il avait commandés. "Je me suis dit que j'allais quand même les distribuer. Pour faire profiter à d'autres gens."

Le même jour, il décide d'ouvrir une page Facebook intitulée "Loc Action". Pour lui, pas question de se transformer en agent immobilier. "C'est plutôt une action solidaire pour mettre des gens en relation, pour que des gens viennent piocher des offres et trouvent leur bonheur."

Une baisse de 20% en deux ans des biens que l'on peut présenter aux locataires

Jérôme Lebrun

Président Chambre FNAIM Bretagne

Car dans les zones balnéaires et touristiques bretonnes, trouver une location à l'année est devenu un véritable parcours du combattant. Des loyers très chers, des offres surtout destinées à la clientèle de passage ou aux étudiants. Sans compter les sites Internet spécialisés comme AirBnb, le Bon Coin, et autres qui trustent le marché et font monter les prix.

Selon Jérôme Lebrun, pésident de la chambre FNAIM Bretagne et responsable du Cabinet Chateaubriand à Saint-Malo, "la situation du marché des locations est tendue dans la zone de Saint-Malo avec une baisse de 20% en deux ans des biens que l'on peut présenter." Autre élément, la durée de présence des locataires dans les logements est passée de 2 ans en moyenne à 2,7 ans en moyenne. Conséquence, moins de biens à offrir.

Pour Jérôme Lebrun, la location saisonnière via les plateformes n'est pas la seule explication. "Avec la nouvelle loi sur les passoires thermiques, beaucoup de biens ont été sortis de l'offre locative." Des biens qui sont revendus par des propriétaires qui vont réaliser des travaux pour les habiter à l'année ou bien comme résidences secondaires.

Pour les locataires, il faut anticiper les démarches

Une raréfaction des appartements et des maisons à louer qui n'est pas visible qu'à Saint-Malo et ses environs. Selon Jérôme Lebrun, "c'est une tendance de fond qui concerne tout le littoral breton."

Pour ce professionnel de l'immobilier, une chose est sûre. Les candidats à la location doivent anticiper leur démarche pour monter leur dossier en contactant les agences le plus tôt possible. "Dès que nous publions une offre sur notre site internet, notre standard explose. Pour éviter cela, nous nous constituons un portefeuille de locataires que nous avons rencontrés et dont nous connaissons bien le dossier. Ils seront prioritaires en cas d'offres nouvelles." 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité