Circulation, quand Bison futé voit noir, les gendarmes multiplient les contrôles

C’est le début de la fin du weekend de l’Ascension… Dimanche matin un peu chagrin pour ceux qui ont bien profité du soleil et de la plage mais pour qui il est déjà l’heure de rentrer. Pour que les retours se passent le mieux possible, la Gendarmerie a déployé ses effectifs sur les grands axes et dès 10h, elle débutait les contrôles.

"Bonjour, vous étiez en vacances ? " Près de Saint-Malo, le gendarme s’approche de la voiture pour demander ses papiers au conducteur.  

"Il faut que je retourne au travail, donc on repart ce matin pour avoir moins de circulation, explique l’automobiliste. À Rennes, il y a souvent des bouchons, j’aime mieux être devant le Flux !"

Le temps de souffler dans le ballon et le voilà prêt à repartir.

De l’art d’éviter les bouchons

Quelques instants plus tard, c’est une moto qui est stoppée. L’homme a l’air serein, il sort ses papiers et souffle bien volontiers dans l’éthylotest… "moi, je vais juste au marché, mais les contrôles, c’est bien. Il y a intérêt à être surveillé, au moins certains mauvais comportements."

Les bouchons, ce ne sera pas pour lui. Pas non plus pour cette  petite famille parisienne. Eux, ont décidé de prolonger, ils ne prendront la route que demain ! "On préfère éviter les bouchons, les risques d’accident tout ça… " déclarent-ils au gendarme et décrochant l’oscar de la meilleure excuse pour retourner faire un plouf !

Bouchons en vue

Mais tout le monde n’a pas cette chance. "Demain, il y a école !" sourit le monsieur dans son camping-car. Il est à peine 10h, il est déjà sur la route du retour !

"Attention, il va y avoir du monde", lui rappelle le gendarme.

Le pic de la circulation commençait dès 14h sur l’axe Rennes Le Mans, de 16 à 18h sur la route entre Quimper et Nantes.