Valentina, la collégienne rennaise représente la France à l'Eurovision Junior : "Je suis excitée et stressée à la fois"

Elle a 11 ans et est en 6ème dans un collège rennais...mais surtout c'est elle qui dimanche 29 novembre représentera la France dans l'Eurovision Junior. Après The Voice Kids à 7 ans et ses tournées aves les Kids United, voilà une nouvelle expérience extraordinaire pour cette passionnée de chant.
Valentina (assise), en pleines répétitions à Paris ce samedi 28 novembre, avec Stéphane Bern
Valentina (assise), en pleines répétitions à Paris ce samedi 28 novembre, avec Stéphane Bern © F. Marchal
Au téléphone, la voix est enjouée, rieuse et on imagine le regard pétillant. À la veille du grand jour, Valentina est déjà à Paris dans les studios en pleines répétitions avec Stéphane Bern. Prévu à Varsovie en Pologne, c'est finalement à Paris que la jeune Rennaise va participer au concours de l'Eurovision Junior.
Covid oblige, les onze autres candidats seront également à distance pour cette 18ème édition qui confronte des enfants de 9 à 14 ans.
 

Stressée mais impatiente


"Je suis très excitée, mais aussi stressée. en fait, j'ai hâte de connaître le vainqueur!" s'enflamme la toute jeune adolescente.

Les concours, Valentina connaît. Elle était candidate de The Voice Kids, le télécrochet de TF1 en 2016, alors qu'elle n'avait que 7 ans.

Même si elle n'avait pas été choisie par le jury alors qu'elle interprétait une chanson de Laura Pausini, elle y avait été remarquée. C'est ainsi qu'elle a par la suite été désignée pour intégrer la troupe musicale des Kids United en 2018. 
     

L'eurovision Junior, un honneur 


Mais loin d'être blasée par ces expériences déjà assez hors du commun à son âge, Valentina se réjouit de sa participation à l'Eurovision Junior. "C'est vraiment un honneur de représenter la France et je dédie cette participation à mon grand-père qui m'a beaucoup soutenu. C'est lui qui m'a accompagné à de nombreux castings, comme the Voice Kids, il m'emmenait à Paris. Je pense qu'il serait fier de moi." Ce grand-père ne sera pas là cette fois, il est mort fin août. Mais dimanche, elle sera rejointe par son père, son frère Alexandre.


Une maman très présente


Sa mère Mélanie est déjà auprès d'elle. Depuis deux ans et demi, elle accompagne sa fille dans ces aventures musicales. "C'est un travail à temps plein" précise cette professeur d'italien qui a dû alléger son planning professionnel auprès des élèves de grandes écoles.

A la veille de l'émission, elle se sent stressée mais très touchée du soutien de la Bretagne. "Nous sommes très heureux que la Bretagne soit derrière Valentina. On le sent, les médias nous sollicitent, les réseaux sociaux sont mobilisés".

Une satisfaction d'autant plus grande qu'au début Mélanie était très réticente à ce que sa fille participe à un nouveau concours, d'autant que cette sélection était inattendue. "Quand elle n'avait pas été sélectionnée pour The Voice Kids, elle l'avait très bien vécu, mais pour nous parents, cela avait été plus difficile, il y avait eu une grande déception car elle n'avait pas démérité."

Finalement, ce sont des amis et l'entourage qui l'ont convaincu. "A force d'en discuter autour de moi, ma famille, mes amis m'ont dit, tout le monde vit un moment difficile, c'est une chance pour Valentina d'avoir cette opportunité. Et puis cette chanson "J'imagine" est solaire. Je veux qu'elle vive cela comme une aventure et non comme une compétition."
 


Les copains rennais de 6ème derrière elle


Ceux qui la suivront à distance, ce sont bien sûr ses copains de 6ème du collège de Rennes où elle est élève. "C'est très important pour moi d'être à l'école. Quand je suis absente, mes meilleurs amis m'envoient les devoirs, mes profs sont très gentils aussi. Ces copains, je les connais depuis longtemps et quand je suis à l'école, je ne parle pas de ce que je vis à l'extérieur."

Les concerts et les tournées se déroulent le week-end, donc Valentina parvient à suivre une scolarité quasi-normale. "Le deal avec elle, quand tout cela a commencé, c'est que l'école reste la priorité numéro 1 et la condition sine qua non, c'est qu'elle ne prenne pas de retard. Et ce n'est pas parce que je suis sa maman, mais c'est vrai qu'elle fait preuve d'une grande maturité pour une petite fille de 11 ans, elle est très sérieuse. D'ailleurs, elle cloisonne très bien ces deux univers." 
 
Dimanche, Valentina sera aussi très soutenue par "sa communauté" comme elle dit, ses fans réunis sur son compte Instagram. "J'ai une communauté vraiment très active, et je les remercie beaucoup." 

Parmi les encouragements que l'on lit sur son compte, il y a par exemple ceux de Carla, la candidate française de l'an dernier qui sera présente aussi lors du concours. "Carla et Angelina (candidate 2018, NDLR), je les connaissais, j'ai beaucoup aimé leur prestation et j'espère que la mienne sera à la hauteur!"
 


Les atouts de la jeune chanteuse?


Valentina s'est préparée avec sa coach vocale Géraldine rencontrée lors de The Voice Kids et qui depuis ne l'a pas lâchée. "Elle me donne de merveilleux conseils pour l'interprétation de ma chanson et pour la respiration aussi car le ryhtme est très rapide."

Mais quand on interroge la jeune chanteuse sur ses atouts, elle reste modeste: "Tous les candidats ont leur chance, j'adore toutes leurs chansons. Elles sont toutes très positives!"  

Reste qu'il va falloir les départager, et pour cela voter. Si vous voulez soutenir la jeune bretonne, vous avez jusqu'à dimanche 17h15 ! Et pour suivre la compétition, rendez-vous sur France 2 à partir de 17h ce 29 novembre.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
europe jeunesse société famille musique culture