War! : une expo pour "montrer mon travail d'atelier"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emilie Colin

On le savait, pas facile d'approcher l'artiste War! lequel souhaite rester anonyme. Il expose en ce moment à Pacé, pour la première fois. Il a aussi signé le visuel des Transmusicales 2016. On s'est dit qu'on allait lui écrire pour savoir ce que signifiait ces étapes. Il a fini par nous répondre. 

Tel un suricate impatient, on aurait voulu pouvoir approcher War!, mais vraiment. Sauf que la télévision pour quelqu'un qui ne tient pas tellement à se montrer, ça ne marche pas. Après de vaines tentatives et négociations pour un éventuel reportage, on a décidé de revenir aux bases, et de s'écrire. 

W

What ? Vous faites une expo ? Qu’est-ce que cela signifie pour vous exactement ? Dans votre parcours ? 

"Cette première expo est l'occasion de montrer mon travail d'atelier, et de scénographier un espace à l'image de mon univers. C'est aussi l'occasion de vendre des œuvres aux personnes qui apprécient mon travail et veulent me soutenir."

A

L’anonymat, une volonté toujours affichée, on vous court après, une nécessité ?  

"L'anonymat fait partie de mon travail que ce soit à l'origine pour des questions juridiques ou plus largement maintenant car ça fait partie de ma démarche artistique. WAR! est un personnage, un alter ego. Zorro ne serait plus Zorro sans son masque..."

R

Rennes, votre terrain de jeux (entre autres), mais R aussi comme reconnaissance par une ville qui vous adoube, vous passe commande, quels sont vos rapports avec elle désormais ?

"Lorsque l'on parle de la Ville De Rennes c'est assez vague. Parle t-on de l'équipe municipale élue ? Parle t-on des employés municipaux ? Parle t-on des Rennais ? 

En fait pour l'instant, je n'ai répondu qu'à une seule demande municipale, la couverture du hors-série street-art du magazine Le Rennais en 2015. Et ce projet a eu lieu grâce à l'initiative de quelques employés municipaux avec qui j'ai eu un bon feeling, ce qui est primordial pour moi. Que les élus, personnels de la ville ou habitants aiment mon travail me fait plaisir mais je reste un artiste libre qui travaille consciencieusement à développer son univers."

Rester sur le qui-vive


"Après l'expo ou plutôt en parallèle à l'expo, je travaille déjà sur d'autres projets. Une autre facette de mon travail sera visible au parc expo lors des TransMusicales..."