Des indépendantistes bretons appellent au boycott du film Bécassine !

La Bécassine de Bruno Podalydès a pris les traits d'Émeline Bayart / © D.R
La Bécassine de Bruno Podalydès a pris les traits d'Émeline Bayart / © D.R

Des indépendantistes bretons appellent au "boycott actif" du film "Bécassine!" de Bruno Podalydès, dont la sortie est prévue le 20 juin, considérant que cette comédie est "une insulte à toutes les femmes de Bretagne". Des rassemblements de contestation sont prévus en Bretagne.

Par La rédaction avec l'AFP


"On ne demande pas l'interdiction du film mais on appelle toute la société bretonne à le boycotter pour que les producteurs parisiens réfléchissent la prochaine fois", a déclaré Ewan Thébaud, porte-parole de Dispac'h, un collectif "indépendantiste, anticapitaliste, féministe, écologiste, et internationaliste".

"Une insulte à toutes les femmes de Bretagne"

Dans un communiqué publié sur son site internet, le collectif estime que "reprendre un symbole comme Bécassine n'est pas un choix anodin ou innocent". "L'immigration bretonne n'avait rien de la naïveté joyeuse qu'expose le film Bécassine. En plus du mensonge historique, ce film est une insulte à la mémoire de notre peuple, une insulte à toutes les femmes de Bretagne et à toutes les femmes qui connaissent ou ont connu l'immigration", estime-t-il.

"Opprimées parce que femmes, stigmatisées parce que Bretonnes, exploitées parce que prolétaires, voilà la seule réalité qui s'applique à Bécassine. Si vous voulez montrer Bécassine à l'écran laissez la parler, montrez ses souffrances et ses révoltes", ajoute le collectif, qui revendique une cinquantaine de membres dans les cinq départements de la Bretagne historique (Loire-Atlantique incluse).

"C'est ma façon de voir Bécassine" selon le réalisateur

Loin des clichés, Bruno Podalydès, le réalisateur du film, revendique d'en avoir fait une adaptation libre. La Bretagne est à peine évoquée. C'est avant tout un film qui se veut burlesque et poétique. "Je propose un portrait de Bécassine, qui est ma façon de voir Bécassine et c'est juste une proposition. Je ne dis pas que c'est la Bécassine de tout le monde", précise le réalisateur.

Bécassine le film : des indépendantistes bretons appellent à son boycott
Un reportage de M. Sicard-Cras, G. Bron, O. Mélinand, AM. Rouanès / avec Ewan Thabaud - Bruno Podalydès

Dispac'h (révolte en breton) appelle à des actions non violentes lors des avant-premières prévues en Bretagne, notamment le 31 mai à Quimper, le 1er juin à Brest ou le 5 juin à Rennes.

La semaine de Suzette

Le film met notamment à l'affiche Karin Viard, Denis Podalydès et Josiane Balasko. Le scénario a été écrit par Bruno Podalydès d'après la bande dessinée née en 1905 dans la revue "La Semaine de Suzette". A l'époque, la directrice de la rédaction, Jacqueline Rivière, appelée à la rescousse pour remplir une page vide du magazine, avait brodé dans l'urgence sur les bévues de sa petite bonne. Joseph Pinchon avait créé le personnage. Suivront une trentaine d'albums, dont le dernier en 1992. Bécassine est devenue au fil des ans un personnage très populaire en France mais les Bretons n'appréciaient guère l'image passablement rétrograde donnée de leur région.


Quand Chantal Goya faisait un carton avec sa chanson "Bécassine, c'est ma cousine" (1979), le chanteur et guitariste breton Dan Ar Braz proclamait à rebrousse-poil "Bécassine, ce n'est pas ma cousine !"

Bande annonce de Bécassine

 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Lutter contre le décrochage scolaire

Les + Lus