Doux n'est pas à vendre

Publié le Mis à jour le
Écrit par Stephane GRAMMONT

Selon le Journal du Dimanche, Doux serait à vendre. Le groupe breton dément.

Selon le Journal du Dimanche paru le 24 juillet, les actionnaires familiaux du leader européen de la volaille (Père Dodu), qui contrôlent 80% du capital, ont confié un mandat de cession à Lazard. La banque d'affaires aurait reçu quatre offres de reprise émanant notamment de fonds d’investissements.

Une information que le groupe de Châteaulin (29) dément « en bloc » dans un communiqué :

« Le Groupe Doux travaille de longue date avec des conseillers financiers et bancaires pour l'accompagner dans la restructuration de sa dette et dans ses choix stratégiques. Cela est notoirement connu, a été dit à plusieurs reprises et il n'y a rien de nouveau sur le sujet. L'article du Journal du Dimanche est émaillé d'erreurs et d’inexactitudes et joue sur des amalgames simplistes pour faire de fausses annonces calomnieuses. »

Le groupe Doux accuse 400 millions de dettes. Il a réalisé, en 2010, un chiffre d’affaires de 1,406 milliard d’euros. Les principales marques du Groupe sont Père Dodu, Doux, Frangosul, Lebon, AlSabia, ou encore Coeur de Bretagne et Malvoisine pour les volailles fermières et Label Rouge. Le Groupe dispose d’une vingtaine de sites de production en France et au Brésil, et réunit plus de 9 800 collaborateurs.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité