Les syndicats de médecins et de chirurgiens-dentistes appellent à une nouvelle journée "santé morte", ce vendredi 13 novembre. Des grèves de gardes sont également prévues les 14 et 15 novembre pour protester contre le projet de loi Touraine. Les députés en débattront, le 16 novembre.

"Journée santé morte", "black friday", "blocage sanitaire"... Les termes changent mais l'appel à la grève est unanime. Tous les syndicats de médecins libéraux appellent à maintenir les cabinets portes closes, ce vendredi 13 novembre. Les chirurgiens-dentistes et orthodontistes sont également invités à se joindre au mouvement.

Une nouvelle fois (la dernière ?), il s'agit de faire entendre leur mécontentement contre le projet de loi santé de Marisol Touraine. Le texte doit en effet être examiné en seconde lecture, lundi 16 novembre, à l'Assemblée Nationale.

Les médecins sont également invités à participer à des "grèves de la permanence des soins", comme ils l'ont fait au moment de Noël 2014.

Des perturbations dès le jeudi 12 novembre

"Nous appelons à l'arrêt de toutes nos activités, consultations, interventions, urgences comprises, à partir du vendredi 13 novembre 8 heures, commente le Dr Philippe Cuq, co-président du syndicat Bloc. Nous devons réduire nos activités quelques jours auparavant afin de ne pas avoir de patients hospitalisés dans les services et de ne pas avoir l'obligation d'assurer la continuité de leurs soins. Les urgences, dès le jeudi 12 novembre, seront transférées dans les hôpitaux publics."

Par ailleurs, un rassemblement est prévu devant l'Assemblée Nationale les 16 et 17 novembre, un autre devant le Ministère de la Santé, le 19 novembre.

Maintenir la pression avant l'adoption

Les professionnels mécontents s'insurgent toujours contre la mise en oeuvre du tiers payant obligatoire. Selon les syndicats, ce système de dispense d'avance de frais constitue à la fois un risque de mainmise des mutuelles sur les prescriptions médicales, un surcroît de travail administratif et la perspective de voir les impayés augmenter.

Un collectif breton

En Bretagne, des praticiens (médecins, chirurgiens-dentistes) ont choisi, hors syndicat, de s'organiser à travers le Collectif Organisation Défense Territoire Santé. Selon, essentiellement représenté pour l'instant dans le Finistère et le Morbihan, "le projet de loi santé de Marisol Touraine a comme objectif clairement la destruction d'une certaine idée de l'exercice de la médecine et de la santé. Ainsi, cette loi mettra professionnels de santé et patients sous la double tutelle de l'Etat et des caisses d'assurance maladie (publique et privée) (...)

Cette loi "idéologique" met en péril des valeurs profondes (...), telles que 
. la défense de l'indépendance professionnelle;
. le respect du secret médical;
. le libre choix du patient de son praticien".


Pour l'heure, la date du vote définitif par les parlementaires n'est pas connue précisément.