Lait contaminé : qui est responsable du scandale? Le gouvernement est partagé

L'usine Lactalis de Craon, en Mayenne, où ont été fabriqués les laits infantiles contaminés aux salmonelles / © Maxpp
L'usine Lactalis de Craon, en Mayenne, où ont été fabriqués les laits infantiles contaminés aux salmonelles / © Maxpp

"C'est un dysfonctionnement majeur dans la procédure de retrait par les opérateurs", a déclaré le ministre de l'agriculture ce jeudi matin, pointant la grande distribution. "Lactalis est le seul responsable de la qualité des produits mis sur le marché", a répondu le ministre de l'économie ce midi.

Par Myriam Thiébaut avec AFP

La découverte de salmonelles dans du lait infantile crée des remous. Des personnalités politiques, Boris Vallaud (PS), Benoit Hamon (Génération.s), Geoffroy Didier (LR), commencent à s'emparer du scandale.  Au sein du gouvernement, le ministre de l'agriculture et celui de l'économie ne semblent pas désigner les mêmes responsables. Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris.

Le ministre de l'agriculture et celui de l'économie sont partagés sur la question des responsabilités


 "C'est un dysfonctionnement majeur dans la procédure de retrait par les opérateurs", a déclaré le ministre de l'agriculture Stéphane Travert ce jeudi matin, pointant la grande distribution. Deux heures plus tard, le ministre de l'économie Bruno Le Maire a pour sa part affirmé que "Lactalis est le seul responsable de la qualité des produits mis sur le marché"

Fermeture provisoire d'une usine Lactalis en Mayenne
  

Le 21 décembre 2017, le géant de l'agroalimentaire Lactalis a lancé une procédure de rappel de certaines boîtes de lait en poudre. 720 lots de lait infantile sont potentiellement contaminés. Ils proviennent de l'usine Lactalis de Craon, en Mayenne, obligée de suspendre sa production par arrêté préfectoral depuis le 9 décembre 2017. Les lots contaminés ont été livrés à la grande distribution sous différentes marques. Certains produits ont été repérés par les supermarchés, et renvoyés pour destruction. Mais d'autres sont restés en rayon. Après Leclerc, les groupes Auchan, Carrefour et Système U ont reconnu, mercredi 10 janvier, avoir commercialisé des produits Lactalis pourtant concernés par la procédure de rappel. 


Au moins 31 bébés atteints de salmonellose en 6 mois


Ce rappel fait suite à la découverte de plusieurs cas de salmonellose chez des bébés nourris au lait infantile. Au 20 décembre, Santé publique France avait recensé 35 nourrissons atteints de salmonellose en France depuis mi-août, dont 31 ayant consommé un lait infantile de l'usine de Craon. 

Contrôles supplémentaires


Le ministre de l'économie Bruno Le Maire a annoncé avoir convoqué, ce jeudi, à 18h30, la grande distribution et, ce vendredi matin, la direction de Lactalis. Il a également annoncé que la répression des fraudes procéderait, "dès la semaine prochaine", à 2 500 contrôles supplémentaires pour vérifier que "tous les lots suspects" de produits Lactalis ont été retirés de la vente. Jusqu'ici, "91 établissements ont été identifiés qui détenaient des boîtes de lait infantile qui auraient dû être retirées de la circulation : 30 grandes surfaces, 44 pharmacies, 2 crèches, 12 hôpitaux et 3 grossistes", a indiqué Bruno Le Maire.

 




L'émission "Dimanche en politique" abordera la polémique autour de Lactalis le 14 janvier 2018 à 11h30

A lire aussi

Sur le même sujet

Joël Chéritel réagit à l'abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes

Près de chez vous

Les + Lus