Les accès aux centres commerciaux bloqués par les éleveurs des Côtes-d'Armor

Publié le Mis à jour le

Éreintés par une crise "historique", les éleveurs de porc multiplient les actions pour relayer leurs appels à l'aide. Ce samedi 29 janvier ils bloquent les accès à plusieurs centres commerciaux des Côtes-d'Armor.

Sur le parking du centre commercial Carrefour de Langueux, ce samedi, une trentaine de tracteurs bloquent tous les accès. Et une cinquantaine d'éleveurs de porc sont rassemblés, une nouvelle fois, pour réclamer une aide immédiate de l’État, et un prix de vente décent pour leur production

 

Sur le parking du centre commercial Leclerc de Lamballe, un autre groupe d'éleveurs fait de même et d'autres convois de tracteurs devraient se déployer au cours de la journée.

1/3 de produits d'origine étrangère

En fin de matinée, les éleveurs se sont mêlés à la clientèle clairsemée de la grande surface, faute de parking accessible, et ont rempli des caddies entiers de produits d'origine étrangère, qui représentaient environ le tiers des marchandises en rayon.

Carrefour s'engage

Après une session d'échanges vigoureux sur le parking, une délégation d'éleveurs a été reçue par Bertrand Eon, le directeur national des achats boucherie-charcuterie de l'enseigne Carrefour. Une rencontre au cours de laquelle M. Eon a pris des engagements en terme de prix, délais et origine des produits.

Une crise "historique"

Depuis l'été, le cours du porc ne cesse de chuter, pendant que celui des matières premières, lui, augmente. Les éleveurs vendent à perte. "30% d'entre eux sont à deux doigts de mettre la clé sous la porte" s'alarme Didier Lucas, le président de la chambre d'agriculture des Côtes-d'Armor.

Les éléments nécessaires à l'étude d'une aide d'urgence ont été transmis au ministère de l'Agriculture. Reste maintenant à s'accorder avec Bercy ...

" Le ministre de l'Agriculture s'est engagé à donner des réponses concrètes dès lundi. Nous serons intransigeants sur le contenu de ces réponses afin qu'elles répondent réellement et concrètement au désarroi des éleveurs et à la brutalité de la crise. "

 

Bien décidés aussi à obtenir des grandes enseignes qu'elles augmentent leurs prix d'achat, les éleveurs costarmoricains devraient poursuivre leurs blocus toute la journée ce samedi.