Levée de fond record pour une start-up rennaise : 150 emplois pour 2022

98 millions d’euros, c'est le montant d'une levée de fond exceptionnelle réalisée par une jeune entreprise rennaise, Leocare, une société d’assurance en ligne crée en 2017. Ce record en Bretagne marque peut-être la naissance d’un géant du numérique.

Alors qu’en 2020, 80 millions d’euros avaient été levés par l’ensemble des 400 start-up rennaises et malouines, une entreprise vient à elle seule de réaliser une levée de fond de 98 millions d’euros ce mardi 23 novembre. Elle avait déjà récolté 15 millions d’euros en début d’année, ce qui la place dans les 25 meilleures levées de fond françaises en 2021.

Implantée à Cesson-Sévigné, Leocare a été créée en 2017 par deux spécialistes du numérique avec pour objectif de "révolutionner le monde de l’assurance". "Leocare, c’est une application mobile qui permet d’assurer très facilement et de façon personnalisée sa voiture, sa moto, son smartphone et son habitation à travers un contrat unique. Elle permet aussi de se protéger grâce à des algorithmes capables de prévenir certains sinistres", explique Nourredine Bekrar, cofondateur de l’entreprise.

De  20 000 à 60 000 clients depuis janvier

A l’origine de ce projet, un constat partagé avec Christophe Dandois, son associé rencontré en 2013, alors que tous deux aident à cette époque-là les assureurs à réaliser leur transition numérique : "On a vu que c’était assez compliqué pour les assureurs par rapport au poids de leur historique, de leur système d’information. On s’est dit qu’on était capable d’apporter un plus de manière assez rapide."

Alors que le secteur de l’assurance est le dernier à amorcer sa mutation numérique, les deux associés ont déjà triplé leur nombre de client depuis janvier (passant de 20 000 à 60 000 clients) et multiplié par cinq leur chiffre d’affaire pour atteindre les 30 millions d’euros.

Objectif : 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires et 2 millions de clients d’ici 2026. "Le risque c’est de ne pas aller assez vite, prévient Christophe Dandois. Quand on regarde le marché des télécoms avec l’arrivée de l’ADSL, l’évolution du monde de l’énergie avec les compteurs connectés, on voit que lorsque le digital arrive, que le consommateur se l’approprie et comprend la valeur que cela a pour lui, l’accélération est assez foudroyante et en cinq à six ans le marché peut se retourner."

150 salariés à recruter en Bretagne

Cette levée de fond exceptionnelle devrait leur permettre d’assurer cette croissance, de se faire connaître du grand public et surtout de recruter. L’année prochaine, l’entreprise devrait passer de 80 (dont dix basés à Paris) à 240 salariés, principalement en Bretagne où est implanté le service de recherche et développement.

A la manœuvre, Sabrina Quéré, en charge du recrutement et elle-même embauchée en trois jours à peine, début 2021. "C'est vraiment le challenge. Il faut beaucoup de créativité pour accompagner cette hyper-croissance et recruter des petites pépites alors qu'en Bretagne le taux de chômage atteint à peine les 5% ".

25 nouveaux porteurs de projet par mois en Ille-et-Vilaine

Directeur du Poool, une structure d'accompagnement regroupant 400 start-up bretilliennes, Daniel Gergès voit dans cette levée de fond record un signal fort pour la Bretagne : "Les entreprises en B to C, c’est-à-dire qui vendent des produits directement au consommateur, comme Blablacar par exemple, sont rares dans la région. On les retrouve traditionnellement plutôt à Paris. Ici, on a plutôt des entreprises qui vendent des produits à d’autres entreprises. Avec cette levée de fond, Leocare prouve qu’on peut lancer ce type de projet, avec énormément d’ambition, ici et pas simplement à Paris."  La success story de Leocare pourrait donner des idées à d'autres porteurs de projets, de plus en plus nombreux en Ille-et-Vilaine : "On en reçoit 25 par mois environ, recense Daniel Gergès, c’est le double d’il y a deux ou trois ans." 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie start-up entreprises économie numérique