Littérature : Yvon Le Men reçoit le Goncourt de la poésie, “une reconnaissance” pour l'auteur breton

Yvon le Men et son éditeur Bruno Douvey, dans le restaurant Drouant (Paris - 2e arrondissement). / © Bruno Doucey
Yvon le Men et son éditeur Bruno Douvey, dans le restaurant Drouant (Paris - 2e arrondissement). / © Bruno Doucey

L'auteur breton Yvon Le Men a obtenu ce mardi, le Goncourt de la poésie pour l'ensemble de son oeuvre publiée aux éditions Bruno Doucey, notamment "Une île en terre" (2015) et "Le poids d'un nuage" (2017). Une reconnaissance qu'il savoure.

Par V. Chopin avec AFP


À la sortie du restaurant, c'est un Yvon Le Men, encore tout étourdi, qui nous accorde une interview. Ce midi, il a déjeuné avec tous les académiciens : Bernard Pivot, Philippe Claudel, Virginie Despentes, Paule Constant... Des pairs "très intéressants" qui ont salué le travail de ce poète breton.

Ce mardi 7 mai en effet, l'écrivain Yvon le Men a reçu de la prestigieuse Académie, le Goncourt de la poésie, succédant ainsi à Anise Koltz, récompensée l'an dernier. "C'est une reconnaissance, que je n'ai pas cherchée", savoure le Breton. Un sentiment "de repos et de paix intérieure" l'envahit.
 

"Votre poésie nous éclaire"


Rendez-vous était fixé chez Drouant, dans le 2ème arrondissement de Paris, ce mardi, mais cela fait huit jours que l'écrivain est au courant. "On m'a appelé, nous confie-t-il. Cela fait plusieurs années, depuis 2012, que mon nom circulait." Son premier réflexe ? "Je suis allé parler aux oiseaux". Des oiseaux, qui eux aussi sont en équilibre.

Le membre de l'Académie Goncourt, Tahar Ben Jelloun a salué un "passeur qui prend le temps d'écouter le monde et interroge les mots." Vous êtes un voyageur, a ajouté l'académicien, vous prenez des chemins de traverse. Votre poésie nous éclaire et nous montre le chemin".

 

"Un petit grand éditeur"


Le travail du Breton Yvon Le Men a été récompensé par le Goncourt de la poésie, pour l'ensemble de son œuvre, et plus particulièrement ses livres parus chez Bruno Doucey, parmi lesquels : "Une île en terre" (2015) et "Le poids d'un nuage" (2017). "Mon éditeur, ce n'est pas une grosse maison ! reconnaît Yvon le Men. C'est la première fois qu'un petit grand éditeur est couronné ainsi. Je suis très heureux pour lui aussi."

Né en 1953 à Tréguier, Yvon Le Men, habite aujourd'hui Lannion. Il a écrit une quarantaine de recueils de poésie, dont "Aux marches de Bretagne" paru aux éditions Dialogues, ainsi que quelques récits, un recueil de nouvelle et deux romans : "Elle était une fois" et "Si tu me quittes, je m'en vais" (chez Flammarion). Plusieurs fois interviewé par France 3 Bretagne, Yvon le Men nous a fait part de sa passion pour le verbe et le mot : 

L’écriture me tient debout, toujours, tout le temps, c'est le pont suspendu entre moi et vous, entre moi et un arbre, entre moi et la mer, entre moi et un oiseau… 

Une passion qu'il partage avec plaisir, notamment lors du festival "Etonnants Voyageurs" qui aura lieu cette année, du 8 au 10 juin 2019 à Saint-Malo.


 

Les Goncourt 2019

Outre le Goncourt de la poésie, décerné ce mardi 7 mai à Yvon Le Men, la romancière Marie Gauthier a aussi reçu le Goncourt du premier roman pour "Court vêtue" (Gallimard). L'écrivaine belge Caroline Lamarche a, elle reçu de son côté le Goncourt de la nouvelle pour "Nous sommes à la lisière" (Gallimard).

Ces deux prix sont chacun dotés de 3.800 euros, tandis que le Goncourt de la poésie est doté de 6.000 euros. 

L'an dernier, le Goncourt du premier roman avait été attribué à Mahir Guven pour "Grand frère" (Philippe Rey) et le Goncourt de la nouvelle à Régis Jauffret pour "Microfictions 2018" (Gallimard). Le Goncourt de la poésie avait, lui, été attribué à la Luxembourgeoise Anise Koltz. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus