• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Loi Travail : nombreuses dégradations à Rennes

La vitrine d'une agence immobilière à Rennes après le passage de la manifestation contre la loi Travail / © T. Peigné
La vitrine d'une agence immobilière à Rennes après le passage de la manifestation contre la loi Travail / © T. Peigné

"Ni amendable, ni négociable, retrait, retrait, de la loi travail". La détermination des opposants à la loi Travail était intacte dans les cortèges à Rennes, Lorient, Saint-Brieuc, Brest ou encore Quimper. Dans la capitale bretonne, de nonbreuses dégradations ont eu lieu en marge du défilé syndical.

Par Thierry Peigné

Ce vendredi matin, la préfecture d'Ille-et-Vilaine précise qu'il y a eu exactement 45 personnes emmenées au commissariat central de Rennes pour vérification d'identité et que 3 d'entre elles refusant de la décliner, ont été placées en garde à vue. 

18h : selon la préfecture, il n'y a eu aucune interpellation mais 216 personnes ont fait l'objet d'un contrôle d'identité et ont été fouillés. 30 qui refusaient de présenter leur pièce d'identité où qui n'en avaient pas, ont été conduites au poste de police.

300 m2 de murs et vitrines ont été tagués et 6 commerces ont eu leurs vitrines brisées. 

Casse à Rennes suite à la manifestation contre la loi Travail
- Michel Giboire - Président du groupe Giboire - Equipe: B.Galmiche; M.Guégnard; T.Bréhier; G.Hamon - France 3 Bretagne

16h45 : plusieurs manifestants sont emmenés encadrés par les forces de police, menottes aux poignets pour des "vérifications d'identités". 

16h :  les locaux de l'agence immobilière Giboire ont été vandalisés également. Du côté de la rue Saint-Hélier, après un face à face tendu les forces de l'ordre ont "bloqué" près de 130 manifestants dans une ruelle. Ils les font sortir un par un, les fouillant, contrôlant leur identité et les prenant en photo.


15h :

14h30 : face à face entre quelques manifestants et les forces de l'ordre, rue Saint-Hélier à Rennes.




Des agences bancaires et d'assurance prises pour cible



14h : la manifestation sauvage se rend devant le commissariat central. Ses grilles ont été repeintes en rouge et des poubelles déposées devant l'entrée ont été enflammées. Un véhicule du groupe Vinci, concessionnaire du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, a aussi été dégradé: ses vitres ont été brisées et un début d'incendie a été éteint par un policier avec un extincteur. Les mots "zad partout" ont été tagués sur le véhicule.

13h45 : fin de la manifestation syndicale à Rennes.
Plusieurs centaines de jeunes ont décidé de continuer à "revendiquer de manière sauvage" dans les rues. Ils s'en sont pris aux grilles du commissariat.

13h15 : à Rennes, alors que le cortège rassemble plusieurs milliers de manifestants, il se sépare en deux. Par la suite tout le monde se retrouve avenue de la Liberté.
Les manifestants mobilisés à Rennes
- Hugo Poidevin- Union des étudiants communistes - Rennes 2 - Valérie Kerauffret, CGT Union Locale Rennes - France 3 Bretagne

12h30 : les premiers tags apparaissent sur les murs le long de la manifestation rennaise. Des agences bancaires et d'assurances prises pour cible.


12h15 : près d'un millier de manifestants s'élancent à Rennes



12h : plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés place de la Liberté avant de partir en cortège dans les rues du centre.
Plusieurs centaines de manifestants à Rennes / © M. Herry
Plusieurs centaines de manifestants à Rennes / © M. Herry

11h : 800 personnes défilent dans le centre-ville de Lorient


Sur le même sujet

Douarnenez, la plage du Ris interdite à la baignade

Les + Lus