Mois sans tabac : 700 000 Bretons fument tous les jours

Lancée en 2016, l'opération "Mois sans tabac", visant à arrêter collectivement le tabac pendant le mois de novembre, est renouvelée cette année. En Bretagne, 700 000 personnes fument chaque jour, selon l'Agence régionale de santé.

Lors de la premère édition, 180 000 personnes se sont inscrites en France, dont près de 12 000 bretons, soit 7% des inscriptions (une légère surreprésentation par rapport au poids de la population en Bretagne par rapport à la France). L’application a été téléchargée plus de 4000 fois en Bretagne et la ligne Tabaco 3989 a reçu 650 appels.

Par rapport à la vente de tabac, la tendance est à la baisse depuis 1999. Elle s’accentue depuis 2011. En Bretagne, on est passé de 1400 cigarettes par habitant par an à près de 900 en 2013. 

Le mois sans tabac : comment ça marche ?


C’est un défi collectif. Pour bénéficier d’un accompagnement personnalisé, il suffit de s’inscrire sur le site Tabac-info-service.fr c’est le point d’entrée de cette opération. Quand vous vous inscrivez, on vous envoie un kit d’aide à l’arrêt du tabac qui comprend une brochure pour se préparer au mois de novembre, une roue des économies, un agenda qui tout au long du mois de novembre, jour par jour donne des conseil, motive… pour se sentir accompagner. Pour accompagner le fumeur, deux autres outils sont mis à disposition gratuitement : une ligne téléphonique 3989 (du lundi au samedi de 8h à 20H) avec des tabacologues pour apporter des conseils… et une application tabac info service.

Et nouveauté cette année, vous avez la possibilité de rejoindre une communauté facebook Bretagne Les Bretons#MoisSansTabac pour se soutenir dans l’arrêt du tabac : à ce jour, il y a 164 membres.


Le tabac en Bretagne en chiffres
Dans notre région, il y a 700 000 fumeurs quotidiens, qui fument donc tous les jours du tabac sous quelque forme que ce soit : cigarette, cigare…. 29,1 % de fumeurs soit un taux légèrement supérieur à la moyenne nationale (28,1).

Ce qui est encourageant, selon l'Agence régionale de Santé, c'est que 67 % des fumeurs en Bretagne souhaitent arrêter de fumer, mais les démarches vers l’arrêt sont moins importantes qu’ailleurs. 

Autre indicateur à noter, en Bretagne, 37 % de jeunes de 17 ans fument, cet indicateur est reparti à la hausse, ils sont 32% en France. Autre indicateur qui préoccupe : le tabagisme chez les femmes qui augmente et la mortalité liée au tabac pour cette population qui a été multiplié par deux depuis 2000. Aujourd’hui, les femmes décèdent davantage du cancer des poumons que du cancer du sein.

La Bretagne fait partie des régions les mieux pourvues en bureaux de tabac et en  commerces de cigarettes électronique.

La cigarette électronique, justement, en France, 6 % de la population (entre 15 et 75 ans ) vapotent, dont 75% de façon régulière, c'est 8% en Bretagne. Rappelons qu'u jour d’aujourd’hui, la cigarette électronique n’est pas considérée comme un substitut nicotinique médicamenteux. Les professionnel tabacologue s’accordent pour dire que ça peut être un moyen, une aide à l’arrêt du tabac, mais c’est loin de régler tous les problèmes.