• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Le moratoire sur le prix du carburant pourrait convaincre les Gilets orange de lever les blocages

Mardi 4 décembre, à Vezin-le-Coquet, les chefs d'entreprises de travaux publics se sont rassemblés. / © Gilles Le Morvan/ France 3 Bretagne.
Mardi 4 décembre, à Vezin-le-Coquet, les chefs d'entreprises de travaux publics se sont rassemblés. / © Gilles Le Morvan/ France 3 Bretagne.

Mardi 4 décembre, Édouard Philippe, le Premier ministre, annonce un moratoire sur la hausse du prix du carburant après les nombreuses manifestations des Gilets jaunes et des Gilets orange. À Vezin-le-Coquet, le président de la Fédération régionale des travaux publics, appelle à lever les blocages.

Par La rédaction

Mardi 4 décembre, Édouard Philippe a confirmé un moratoire sur la hausse du prix du carburant.

Depuis le 27 novembre, les dépôts pétroliers de Lorient puis de Brest sont bloqués par les PME de Travaux publics pour dénoncer la fin annoncée du gasoil détaxé. Le GNR, gasoil non routier, permet de faire tourner les engins avec un carburant moins cher : environ 0,80 €/litre et cela passera à 1,30 €/litre en janvier.
 

La fin des blocages ?


À Vezin-le-Coquet (35), mardi matin, les chef d'entreprises de Travaux publics se sont rassemblés devant la Fédération régionale des travaux publics

François Coville, le président, appelle à lever les blocages : "Ce moratoire est susceptible d'apaiser les colères et de nous permettre de discuter. Par contre, nous resterons très vigilants sur la suite. Nous serons ferme sur un certains nombre de points. En attendant, j'appelle les collègues à lever les blocages sur les dépôts pétroliers."

En Bretagne, le blocage des dépôts de Brest et Lorient entraîne d'importantes pénuries d'essence.

Interview de Gilles Le Morvan et Lionel Bonis :
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

La création d'Aloise sauvage aux Transmusicales

Les + Lus