Un Alsacien se voit refuser la location d'un gîte en Bretagne au motif qu'il habite en zone rouge

Un Mulhousien qui voulait louer un gîte en Bretagne cet été a vu le propriétaire des lieux lui refuser la location en apprenant qu'il était originaire d'Alsace, région classée en rouge en raison de l'épidémie de coronavirus.

© BELPRESS/MAXPPP
Un Alsacien qui voulait louer un gîte en Bretagne cet été a vu le propriétaire des lieux lui refuser la location au motif qu'il résidait en zone classée en rouge en raison de l'épidémie de coronavirus.

"J'avais fait un voyage dans le cadre de mon travail en forêt de Brocéliande et j'avais beaucoup aimé le coin, j'avais envie de faire découvrir les lieux à des proches", explique Jacques Lindecker, qui avait dans un premier temps raconté ses déboires au journal L'Alsace et à France Bleu Alsace.


"C'est de la discrimination..."

           
"J'avais donc trouvé une location, un gîte charmant dans le petit village de Saint-Guyomard  dans le Morbihan. J'ai appelé le propriétaire et on a eu un super contact, franc, direct, très bien", poursuit Jacques Lindecker, qui est romancier et chroniqueur littéraire.

"Mais quand je lui ai envoyé ensuite un mail de confirmation, je lui ai dit comme un sourire qu'entre Alsaciens et Bretons nous avions des liens et que j'étais ravi de venir découvrir sa région", ajoute-t-il.
           
"Et là, il m'a répondu qu'après discussion avec sa femme, comme on habite en zone rouge, il ne souhaitait plus donner suite à ma demande, que ça représentait un danger pour ses enfants et que la sécurité de leur famille et des familles occupant leur gîte était une priorité", se désole Jacques Lindecker.
           
"C'est de la discrimination, du délit de faciès, presque du racisme... Cela me gêne beaucoup cette peur qui part dans des délires, ça devient contre-productif, ça nous sépare", regrette-t-il encore.
           

Gites de France : "le propriétaire n'est pas quelqu'un de chez nous"


Joint au téléphone, le directeur des Gîtes de France du Morbihan se dit étonné par l'affaire : "Nos adhérents sur la commune de Saint-Guyomard m'ont appelé. Et me disent n'avoir refusé personne." 

"La consigne est claire, ajoute Yves Jehanno, on respecte la législation. Jusqu'ici, nous ne prenons toujours pas de locations en juin pour les clients résidant à plus de 100 km, sauf si c'est un déplacement pour motif impérieux, professionnel par exemple...

"Pour l'été, comme Edouard Philippe a annoncé mi-mai que les Français pourront partir en vacances en juillet et en août
, la location est ouverte à tout le monde. Mais nous attendons le discours du Premier ministre prévu ce jeudi soir pour nous adapter. Peut-être pourrons-nous louer à tout le monde dès le mois de juin. On va être fixé." 

"Dans tous les cas,
précise le directeur des Gîtes de France 56, un protocole sanitaire a été mis en place pour chacune des locations,  respect des gestes barrière, nettoyage etc... Il est en ligne sur notre site internet."


Le touriste alsacien a trouvé une autre location


De son côté, après sa location avortée, Jacques Lindecker a expliqué ne pas vouloir "généraliser". Cet habitué de la Bretagne a trouvé sans difficultés une autre location. A Guérande, en Loire-Atlantique. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus : envie d'évasion société vacances sorties et loisirs
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter