Cet article date de plus de 3 ans

Les anti-Linky bretons se mobilisent à Pontivy

Les opposants au compteurs linky ont l'intention de donner de la voix ce samedi à travers la France, comme à Pontivy ce matin et à Saint-Malo cet après-midi. Ils protestent contre l'installation de ces compteurs dits intelligents par Enedis.

Environ 250 personnes dans la mobilisation anti-Linky à Pontivy
Environ 250 personnes dans la mobilisation anti-Linky à Pontivy © France 3 Bretagne - S. Izad

Ils sont 250 environ ce samedi matin à Pontivy dans le Morbihan, venus de toute la Bretagne pour manifester une nouvelle fois leur opposition à l'installation des compteurs électriques Linky.

Ils dénoncent ce qu'il appellent le harcèlement d'Enedis pour installer ses compteurs, y compris contre le gré de certains particuliers. Ils réclament avant-tout l'application du principe de précaution et exigent "un moratoire et l’arrêt immédiat du déploiement des compteurs/capteurs Linky (et autres) et le retrait des capteurs posés !".

Selon ses manifestants, l'appareil est susceptible de provoquer des problèmes de santé, à cause des ondes dégagées par le système de transmission des données de l'appareil.


Cet après-midi, une coordination a été créée. Elle regroupe une centaine de collectifs anti-Linky de Bretagne, Pays-de-la-Loire et de la Manche.

Une farouche opposition en Bretagne

Des maires de communes comme Lanvallay dans les Côtes d'Armor, Plouguerneau et Cast dans le Finistère ou encore Bovel en Ille-et-Vilaine, ont tenté ces derniers mois de stopper les déploiement des compteurs Linky sur leur communes. Leurs arrêtés ont tous été annulés par le tribunal administratif.


Les anti-Linky se regroupent en collectifs et vont en justice comme ces 173 plaignants qui le 18 avril ont assigné Enedis devant le tribunal de grande instance de Rennes, au nom du principe de précaution.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social environnement société santé