• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Salon de l'Agriculture : le doux revers de la médaille du concours agricole pour la ferme du Milo à Plumelec

La production de yaourts d'Emmanuel / © J. Armand - France 3 Bretagne
La production de yaourts d'Emmanuel / © J. Armand - France 3 Bretagne

Médaillé au Concours Général du Salon de l'Agriculture avec ses yaourts en 2018, Emmanuel et son père Philippe profitent aujourd'hui des retombées de cette récompense. La ferme tourne depuis 30 ans. Les yaourts sont devenus une histoire de famille.

Par Emilie Colin

Deux yaourts primés, face à des cadors déjà bien connu du marché comme Nestlé ou encore la Laiterie de Saint-Malo, Emmanuel et Philippe n'y croyaient pas. En 2018, leurs produits sont pourtant bien récompensés par deux médailles au Concours Général Agricole, qui se tient pendant le Salon de l'Agriculture. L'argent pour un yaourt nature, le bronze pour celui à la fraise.
 

Les médailles ont une signification importante. Aujourd'hui il y a beaucoup de logos, de labels. Celui du Salon de l'Agriculture, il a plus de valeur, il parle tout de suite.


Les retombées du concours se sont rapidement fait sentir avec une hausse de leur vente. Leurs produits s'affichent désormais dans les rayons de supermarchés. 

Du beurre, du lait, des fruits, père et fils s'attachent à travailler avec des produits locaux, pour une production de 8000 yaourts par semaine. Cette activité de transformation s'avère récente dans l'histoire de la ferme. Emmanuel est revenu y travailler, après avoir été menuisier. "La liberté de pouvoir faire beaucoup de parfum, d'essayer de nouvelles choses, les rencontres avec les gens lors des livraisons et des animations."  le jeune homme savoure son nouveau métier. 
 
Concours Générale agricole : la ferme du Milo à Plumelec profite des retombées
Un reportage de J. Armand, B. Van Wassenhove, D. Mérieux / avec Philippe Oliveux, producteur de lait - Emmanuel Oliveux, producteur de yaourts

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus