Le cas Vincenzo Vecchi devant la Cour de cassation: ultime épisode?

La Cour de Cassation a examiné ce mardi 15 le pourvoi concernant Vincenzo Vecchi, cet ancien militant altermondialiste dont l'Italie réclame l'extradition. Répondant à la demande du parquet général de casser la décision de ne pas l'extrader, la cour de cassation se prononcera le 26 janvier 2021.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

C'est un nouvel épisode d'une saga judiciaire où un ancien militant altermondialiste italien est poursuivi par son passé, et notamment pour sa participation ou non aux émeutes en marge du sommet du G8 à Gênes, en Italie, en 2001.

Vincenzo Vecchi, refugié en Bretagne et devenu peintre en batiment, a été condamné par la justice italienne il y a 11 ans et celle-ci réclame qu'il purge sa peine de prison. Il a été arrêté le 8 août 2019 à Rochefort-en-Terre, dans le Morbihan, où un comité de soutien s'est constitué pour prévenir son extradition.

 

"On espère qu'aujourd'hui la Cour de cassation va nous donner raison, parce qu'il y a toutes les logiques de la chose. Mais simplement voilà, la justice peut quelquefois être un peu inhumaine et j'espère qu'aujourd'hui elle ne le sera pas."

Laurence Petit, membre du comité de soutien de Vincenzo Vecchi

 

Jusqu'ici, l'extradition de l'ancien militant a été évitée : le 4 novembre 2020, la chambre d'accusation de la Cour d'appel d'Angers a, comme la Cour d'appel de Rennes l'année précédente, refusé d'exécuter le mandat d'arrêt européen émis par l'Italie à l'encontre de Vincenzo Vecchi. Motif invoqué : la peine principale de dix ans de prison encourue par Vincenzo Vecchi pour "dévastation et pillage" n'a pas d'équivalent en France. 

 

Le vendredi 6 novembre 2020, le parquet général a formé un pourvoi en cassation contre la décision de la Cour d'appel d'Angers. Ce qui fait dire au comité de soutien de Vincenzo Vecchi qu'il est victime d'un "acharnement judiciaire". En réponse, l'ancien militant a décidé lui aussi de se pourvoir en cassation, une cassation "incidente" qui portera sur l'ensemble du dossier. La Cour de l'île de Cité, à Paris, est la plus haute juridiction de l'ordre judiciaire français.
 

 

De son côté, l'avocat qui défend Vincenzo Vecchi en Cassation estime qu'il peut légitimement espérer une conclusion du même ordre que celle à laquelle la Cour d'appel d'Angers est parvenue, écartant la demande d'extradition

 

La justice a bien fait son travail et il faut qu'elle continue de le faire. Un travail précis en terme juridique, et vigilant en terme de protection des droits fondamentaux. C'est précisément ce qu'a fait la Chambre de l'instruction de la Cour d'appel d'Angers

Paul Mathonet, avocat de Vincenzo Vecchi

La Cour de cassation s'est réuni ce mardi 15 décembre matin et a annoncé qu'elle rendrait sa décision le 26 janvier prochain.