Grippe aviaire. 43.000 canards abattus dans un élevage du Morbihan

Publié le
Écrit par C.C-A

Un deuxième cas de grippe aviaire a été confirmé, ce mardi 23 août, dans un élevage de canards de Ménéac, dans le Morbihan. Les 43.000 canards présents sur cette exploitation ont été abattus.

Un deuxième foyer d'Influenza aviaire a été détecté, ce 23 août, dans un élevage de canards de Ménéac, dans le Morbihan.

La préfecture du département annonce que les 43.000 oiseux présents sur cette exploitation ont été abattus les 24 et 25 août.

Pour éviter tout risque de diffusion du virus à d'autres élevages, des zones de protection et de surveillance ont été mises en places dans un rayon de 3 et 10 km :

Les 2 communes concernées dans le rayon de 3 km 

  • Ménéac
  • Mohon

13 communes - dont 5 du département des Côtes-d'Armor - dans un rayon de 10 km 

  • Brignac
  • Evriguet
  • Guilliers
  • La Trinité-Porhoët
  • Les Forges
  • Mauron
  • Saint-Brieuc-de-Mauron
  • Saint-Malo des-Trois-Fontaines
  • Coëtlogon (22)
  • Gomené (22)
  • Illifaut (22)
  • Merdrignac (22)
  • Plumieux (22)

Dans ces périmètres, tous les lieux de détention de volailles et d’oiseaux captifs sont soumis à des prescriptions spécifiques. En particulier, les mouvements de volailles et autres oiseaux captifs sont interdits, sauf dérogations accordées par la Direction départementale de la protection des populations

(DDPP).

Actuellement, le virus de l’influenza aviaire circule activement parmi les oiseaux sauvages. Sa diffusion aux volailles domestiques peut avoir des conséquences économiques et sanitaires importantes pour la filière avicole.

Une zone de contrôle temporaire est effective depuis le 12 août. Elle impose aux particuliers et aux professionnels de la filière volaille de respecter strictement les mesures de biosécurité, notamment la claustration stricte des oiseaux de basse-cour, la mise à l’abri des volailles commerciales, mais également le nettoyage et la désinfection des tenues et équipements en élevage.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité