A Gueltas, madame le maire fabrique des masques pour les enfants de l'école

Le masque est désormais obligatoire à l'école dès l'âge de 6 ans. La décision a parfois pris de court certains parents. Pas facile en effet de trouver des modèles adaptés aux visages des plus jeunes. A Gueltas dans le Morbihan, la maire du village a décidé d'en fabriquer elle-même.
Sylvette Le Strat derrière sa machine à coudre
Sylvette Le Strat derrière sa machine à coudre © Maxime Jaglin - Frane Télévisions
Pour répondre au parents, qui doivent désormais fournir des masques à leurs enfants à partir de six ans, le maire de Gueltas, petite commune du Morbihan, a décidé de s'y mettre elle-même ! Il faut dire que Sylvette Le Strat s'y connaît question couture. Elle en a donc offert une quarantaine à l'école de ce village de cinq cents habitants. Et son carnet de commande ne désemplit pas.
 

Ancienne créatrice de linge de maison haut de gamme


Chez Sylvette, ancienne créatrice de linge de maison haut de gamme, ça dessine, ça découpe. Les machines à coudre tournent à plein régime. Pour fabriquer des masques, dès le premier confinement elle a décidé de reprendre du service. "Les locaux étaient toujours en place, il restait beaucoup de tissus, beaucoup de choses, explique t-elle, donc on s'est dit, pourquoi ne pas les utiliser pour faire des masques ?" Et l'aventure était lancée.
 
Des masques mieux adaptés aux visages des enfants, que les masques chirurgicaux
Des masques mieux adaptés aux visages des enfants, que les masques chirurgicaux © Maxime Jaglin - France Télévisions
 

Des masques adaptés aux visages des enfants


Avec ses deux copines Elisabeth et Claudine, elles ont déjà réalisé 1500 masques depuis le mois de mars. Avec une spécialité, des modèles spécialement taillés pour les enfants"Je suis maman et même grand-mère, poursuit la pétillante sexagénaire, à qui à l'origine une commande avait été passée pour un enfant de la commune hospitalisé : alors se dire de fabriquer quelque chose pour un petit bout et essayer de dédramatiser une situation, c'était quelque chose de très important pour nous !" "Des masques conçus avec un biais, détaille la couturière, parce que c'est plus confortable à porter pour des enfants". Rien d'anodin non plus pour les habitants du village, qui peuvent passer commande gratuitement. "Ils me vont bien et c'est plus facile de les porter", estime Swanny, 6 ans, qui vient récupérer quatre masques avec son papa, qui lui aussi les juge  mieux adaptés que les masques chirurgicaux, à la physionomie des plus jeunes. 
 

Et pour les motifs, à chacun selon ses goûts


Le masque s'accorde aussi à leurs envies. Sur certains, la moitié laissée toute blanche, ne comporte pas d"imprimés, ce qui permet aux jeunes porteurs de laisser libre court à leur création. Ils peuvent ainsi "mieux s'approprier" cet objet du quotidien désormais, qui devient ainsi "moins anxiogène" remarque Yvette. C'est Jeanne, 8 ans, qui a servi de tout premier modèle aux couturières. Et pour la fillette, la collection automne - hiver a plutôt des allures printanières cette année. A chacun son dessin et ses goûts, avec les masques de Chez Sylvette. Et même s'ils leur dissimulent le visage, les enfants peuvent retrouver le sourire.
 
Le sourire de Jeanne, sous son masque !
Le sourire de Jeanne, sous son masque ! © Maxime Jaglin - France Télévisions





 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société