• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Il conduisait avec 6,40 g d'alcool dans le sang : 8 mois de prison avec sursis pour le médecin retraité

Le tribunal de Lorient a condamné un homme à 8 mois de prison avec sursis. Il a été interpellé en début d'année 2019 et contrôlé avec 6,40 g d'alcool dans le sang. / © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP
Le tribunal de Lorient a condamné un homme à 8 mois de prison avec sursis. Il a été interpellé en début d'année 2019 et contrôlé avec 6,40 g d'alcool dans le sang. / © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

Un médecin à la retraite de 70 ans a été condamné mardi 3 septembre à huit mois de prison avec sursis par le tribunal de Lorient, pour avoir conduit avec 6,40 g d'alcool dans le sang en janvier, encastrant sa voiture neuve dans un abribus. 

Par AFP

Le 21 janvier, à 11 h du matin, un médecin généraliste à la retraite, installé en Bretagne depuis quatre ans après une carrière en région parisienne, a encastré sa voiture flambant neuve dans un abribus sur le littoral de Ploemeur. L'accident n'a pas fait de blessé. Le conducteur, avant l'arrivée des secours, a repris une rasade de la bouteille de rhum qu'il tenait serrée entre ses cuisses.

Le médecin retraité a été condamné à huit mois de prison avec sursis et trois ans de mise à l'épreuve. Il aura obligation de soigner son alcoolisme et a l'interdiction de conduire un véhicule qui ne serait pas équipé d'un système antidémarrage par éthylotest. Son permis étant annulé, il pourra le repasser dans 18 mois.


Déjà condamné pour conduite en état d'ébriété


Mardi, à l'audience, le tribunal a relevé "un taux inexplicable sur le plan pénal mais aussi physiologique. On ne peut l'atteindre sans consommer de l'alcool de façon régulière. Si un médecin n'est pas en capacité de comprendre qu'il n'était pas en état de prendre le volant, qui le sera ?", a déploré le procureur. 

"Je devais me sentir capable d'effectuer les trois kilomètres qui me séparaient de mon domicile", s'est défendu le prévenu, déjà condamné en 2010 pour conduite en état d'ébriété. Le médecin, qui a dit avoir perdu le contrôle de son véhicule en raison de la boîte automatique, a assuré "ne pas boire de façon habituelle".

Le parquet a toutefois estimé que "sans un sévère entraînement, on n'était pas en état de marcher et même de ramper... Un taux de 4 à 5 g est déjà potentiellement mortel", a souligné le parquet, rappelant que le "record" d'alcoolémie au volant en France s'élevait à 11 grammes en 2013 à Avignon.


  

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview d'Emmanuel Ethis, recteur de l'académie de Rennes

Les + Lus